Accueil Monde Proche-Orient

Iran: la condamnation d’Ahmadreza Djalali utilisée comme levier de pression

Sa condamnation à mort serait un moyen de récupérer des prisonniers iraniens à l’étranger.

Temps de lecture: 2 min

Il est à craindre que les autorités iraniennes gardent en otage et menacent d’exécution Ahmadreza Djalali, médecin irano-suédois professeur invité à la Vrije Universiteit Brussel (VUB), pour « obliger la Belgique et la Suède à leur remettre deux anciens responsables iraniens emprisonnés », dénonce jeudi Amnesty International Belgique. Selon l’ONG, les preuves s’accumulent en ce sens.

Une condamnation à mort muée en prise d’otage ?

Ces hommes sont Asadollah Asadi, ancien diplomate iranien qui purge une peine de 20 ans de prison en Belgique pour son rôle dans un attentat à la bombe déjoué en France en 2018, et Hamid Nouri, ancien responsable pénitentiaire, jugé en Suède pour son rôle présumé dans les massacres des prisons de 1988 en Iran, précise Amnesty.

D’après les recherches de l’ONG, depuis au moins fin 2020, la situation du professeur Djalali s’est muée en une prise d’otage au moment de l’ouverture du procès d’Asadollah Asadi en Belgique.

Ensuite, le 4 mai dernier, « quelques jours après que les autorités chargées des poursuites en Suède ont requis la réclusion à perpétuité contre Hamid Nouri », les médias d’État iraniens ont annoncé que l’exécution d’Ahmadreza Djalali aurait lieu le 21 mai.

Une stratégie dissuasive

Ces éléments et plusieurs articles « prouvent de manière accablante qu’Ahmadreza Djalali risque de se voir appliquer la peine capitale à titre de représailles, ce que le pouvoir iranien semble aussi considérer comme nécessaire pour dissuader d’autres États étrangers d’arrêter et poursuivre des responsables iraniens », indique Amnesty international Belgique.

D’autres éléments de preuve laissent entendre que les autorités iraniennes entendent échanger Ahmadreza Djalali contre Asadollah Asadi et/ou Hamid Nouri.

Amnesty réclame une enquête « efficace, transparente et indépendante ». Les responsables iraniens doivent en outre « renoncer à tout projet d’exécuter Ahmadreza Djalali, le libérer immédiatement et lui accorder des réparations pour les préjudices qu’il a subis ».

Mardi dernier, une manifestation de soutien à Ahmadreza Djalali s’est tenue à Bruxelles.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Martin Roland, jeudi 19 mai 2022, 11:45

    La théocratie tyrannique iranienne avec sa future bombe atomique, encore un problème que certains devront "solutionner" .

Sur le même sujet

Aussi en Proche-Orient

Israël se dirige vers de nouvelles élections

Naftali Bennett et Yair Lapid, les deux leaders de la coalition au pouvoir depuis un an, ont annoncé vouloir dissoudre la Knesset. Ils cherchent une porte de sortie pour leur gouvernement, sans majorité depuis plusieurs semaines, au détriment de la stabilité du pays, qui vivra sa cinquième élection en moins de quatre ans.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une