Accueil La Une Économie

La Chine veut compter sur la planète foot

Le rachat de l’Inter Milan est une nouvelle illustration des ambitions de la Chine dans le monde du football international.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

Comme les pays du Golfe il y a quelques années, les Chinois jettent aujourd’hui leur dévolu sur les clubs de foot européens. En mai, le club anglais Aston Villa, depuis relégué en deuxième division anglaise, a été racheté par le conglomérat Recon. Depuis 2015, le groupe Wanda possède 20 % de l’Atletico Madrid et un consortium de fonds d’investissement étatiques menés par China Media Capital a acquis en décembre 13 % des parts de Manchester City pour 375 millions d’euros. La prochaine cible des Chinois pourrait être l’autre grand club milanais, l’AC Milan. Son président Silvio Berlusconi est actuellement en discussions avec un groupe d’investisseurs chinois. Les Chinois ont aussi jeté leur dévolu sur les plus importantes sociétés de gestion des droits télé des grandes compétitions sportives comme MP&Silva, Infront.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Twitter à deux doigts de la mort cérébrale

La modération du réseau social est en lambeaux. Les rêves libertariens d’Elon Musk se heurtent à l’intransigeance des annonceurs, des régulateurs européens et d’Apple par rapport aux contenus toxiques. Qui inondent désormais la plateforme.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs