Accueil Culture Livres

Festival: dans la rue et en salles, Maelström chante poétiquement la Maison

Etre ou ne pas être chez soi ? Ça signifie quoi ? Habiter, être nomade, s’exiler… Ces interrogations prennent chair dans le FiEstival #16 du 26 au 29 mai.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 3 min

Les éditions Maelström (elles écrivent maelstrÖm, est-ce plus qu’une coquetterie ?) ont de la suite dans les idées. Depuis 2020, elles développent un FiEstival (même remarque) qu’elles ont nommé Chants de la transition. En 2020, prélude, comme dans une symphonie : Lockdown, le Bal masqué ; en 2021, premier mouvement : l’Athanor ; cette année, deuxième mouvement : la Maison.

« C’est le corps, le cœur, l’habitat, le territoire, l’abri, la langue, le rêve… » développe David Giannoni, poète et directeur de Maelström. « Ces temps troublés nous ont conduits à vivre la sphère de l’intime d’une façon nouvelle entre repli, centration, clivages, activités humaines virtualisées… Mais qu’est-ce qui est essentiel et ne l’est pas, comment dépasser les clivages, les séparations pour inventer de nouvelles unités ? »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs