Accueil Culture Musiques

Reine Elisabeth: entre surprise et confirmation

Ce jeudi après-midi, les lauréats qui avaient été mauvais se sont révélés bons et ceux qui avaient été bons ont été encore meilleurs. Nos impressions sur cette session.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Erica Piccotti (Italie), 22 ans, n’avait guère convaincu dans son concerto de Haydn de lundi dernier. Sa sonate en fa majeur op. 6 de Richard Strauss nous la montre sous un tout autre jour avec une aisance soudaine dans la liberté de la phrase comme dans le lyrisme chaleureux que développe un compositeur qui écrit pour l’instrument en pensant au chant. Wie aus der Ferne de Daan Janssens laisse dans ses grands appels une impression d’inassouvissement qui génère une évidente force dramatique dont la résolution finale devient interpelle. Beaucoup de tendresse dans l’adagio con variazoni P 133 d’Ottorino Respighi dont la candidate distille les « variazoni » avec une subtilité complice qui laisse s’épanouir tout leur lyrisme épanoui. On connaît mal aujourd’hui Gaspar Cassado, cet élève de Casals qui fit une grande carrière de professeur et a beaucoup écrit pour son instrument. « La danse du diable vert » est devenue un de ses tubes. Son obstination échevelée en trouve une exécution enthousiaste.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs