Accueil Société

Honoraires, visite à domicile: ce qui va changer pour les kinésithérapeutes

Le gouvernement fédéral a décidé de mobiliser 207 millions d’euros supplémentaires cette année pour les soins de santé, dont 13,8 millions d’euros pour le seul secteur de la kinésithérapie.

Temps de lecture: 3 min

Le gouvernement fédéral a approuvé vendredi en conseil des ministres la nouvelle convention pour les kinés. Les négociations entre l’organisation représentative des kinés, Axxon, les organismes assureurs (OA) et l’Inami, n’a pas débouché sur un accord. Une proposition de convention a alors été élaborée par les services de l’Inami et a été approuvée par le Comité de l’assurance. C’est ce texte qui a été validé vendredi matin par le fédéral.

Le gouvernement fédéral a décidé de mobiliser 207 millions d’euros supplémentaires cette année pour les soins de santé, dont 13,8 millions d’euros pour le seul secteur de la kinésithérapie. Cela représente une augmentation de 1,4 % pour de secteur, qui peut être utilisée pour revaloriser certains honoraires, indique le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke dans un communiqué.

Les mesures incluses dans la convention vont au-delà de ces 13,8 millions, ajoute le ministre qui estime l’effort budgétaire à 17 millions d’euros en 2022 et à 30 millions ensuite sur base annuelle.

Parmi des mesures annoncées : l’honoraire pour une pathologie courante dite « M24 » (soit une séance individuelle de 30 minutes) au cabinet du kiné, passera, de la 10e à la 18e séance, de 22,26 euros à 24 euros, soit une augmentation de 7,82 %.

L’honoraire pour une visite à domicile chez un patient palliatif passera de 23,63 euros à 24,37 euros, soit une augmentation de 3,13 %. L’honoraire pour une prestation « M96 » (soit une séance individuelle de 2 heures minimum) de la « liste E » (pathologies lourdes) passera de 71,58 euros à 90 euros, soit une augmentation de 25,73 %.

En outre, la convention prévoit également une augmentation du montant du statut social des kinés – en plus de l’indexation – de 10,28 %, ajoute le ministre.

La proposition de convention sera soumise à chaque kinésithérapeute individuel. Cette approbation n’est toutefois pas acquise. Au début du mois, Axxon avait déjà appelé ses membres à ne pas approuver le projet de convention annoncé, qui n’a pas reçu son assentiment.

Selon l’association professionnelle, les kinés réclamaient une plus importante indemnité pour les visites à domicile, en ligne avec celle appliquée aux médecins généralistes. Ils demandaient aussi une indexation plus importante de leurs honoraires.

La nouvelle convention devra être approuvée par 60 % au moins des kinés du pays. Sous ce chiffre, le gouvernement pourra fixer les honoraires maximums.

Dans son communiqué, Frank Vandenbroucke dit comprendre que les représentants de la kinésithérapie souhaitent voir un effort budgétaire soutenu pour leur secteur au cours des prochaines années et dit prendre en compte cette préoccupation lorsqu’il participera aux discussions préparatoires pour la confection du budget 2023 de l’assurance-maladie.

« Pour rappel, 83,4 % des kinésithérapeutes avaient adhéré à la convention 2021 qui comportait une série de revalorisations pour un total de 17 millions. Cette fois, la convention proposée pour 2022 comporte des revalorisations pour un montant de 30 millions en base annuelle. Il s’agit d’un incitant non négligeable. Il en va de l’intérêt des patients qu’une nouvelle convention voie le jour et qu’un maximum de kinésithérapeutes y adhèrent », juge le ministre Vandenbroucke.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko