Accueil Culture Scènes

«Portraits sans paysage»: ces corps qu’on ne veut pas voir

Le Nimis Groupe frappe fort, une fois encore. Travail d’enquête au long cours, mise en scène rythmée : leur nouvelle création continue de creuser un angle mort de nos démocraties européennes : les dispositifs d’enfermement pour étrangers. Implacable !

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Il y a les metteurs en scène très versatiles dans leur engagement, dévoués un jour à dénoncer l’homophobie, occupés le lendemain à défendre la cause des Sans-terre au Brésil, avant de passer à la guerre civile en République démocratique du Congo, trimballant leur kit de compassion artistique là où l’émotion est à vif. Et puis il y a les artistes qui, au contraire, creusent un seul et même sujet politique avec un louable entêtement. C’est le cas du Nimis Groupe qui questionne sans relâche les enjeux de la migration et fouille là où, justement, personne ne veut voir.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs