Accueil Culture Cinéma

Festival de Cannes: le retour de Desplechin et l’année Melvil Poupaud

Le cinéaste français se raconte de façon bouleversante dans « Frère et sœur » à travers Melvil Poupaud, en grâce majeure.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Arnaud Desplechin est un habitué de Cannes. En juillet dernier, il y présentait Tromperie dans la section Cannes Première. Deux ans avant, c’est Roubaix, une lumière, en compétition. En 2017, il faisait l’ouverture avec Les fantômes d’Ismaël. En fait, depuis La vie des morts présenté à la Semaine de la Critique en 1991, pratiquement tous ses films ont été sélectionnés à Cannes. Le cinéaste du Nord revient en compétition avec un film sur le dérèglement familial, thème majeur dans sa filmographie. Mais plus que jamais, ce Frère et sœur est très personnel, très intime, mettant en scène un frère et une sœur à l’orée de la cinquantaine. Alice est actrice, Louis est prof et poète. « Je crois que je te hais », dit d’entrée Alice à son frère. Pourquoi ? « Ce ne serait même pas très moral d’en parler », dit Louis.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs