Accueil Monde Amériques

Guerre en Ukraine et conséquences sur la sécurité alimentaire: le Canada et l’Inde sont inquiets

Les cours du blé s’envolent et les grands producteurs, Russie et Ukraine, sont à la peine. Rien ne va plus au Canada, deuxième exportateur mondial, où les agriculteurs s’attendent cette année à de mauvaises récoltes de blé. L’Inde, elle, a interdit les exportations de son blé afin d’assurer la sécurité alimentaire de sa population.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Alors que l’Inde interdit les exportations de son blé afin d’assurer la sécurité alimentaire de sa population et que l’invasion de la Russie en Ukraine devrait affecter les ventes de blé de ces deux Etats, respectivement premier et cinquième exportateurs de blé de la planète, les tensions sur ce marché céréalier sont à leur comble. Les cours mondiaux du blé explosent. La diminution des stocks disponibles à l’export et la hausse des cours menacent le Moyen-Orient et l’Afrique, qui ne disposent d’aucune souveraineté alimentaire. L’Egypte, la Tunisie, le Nigeria sont particulièrement impactés par la hausse des cours du blé. Au point dans certains de ces pays de craindre une famine. Et la plupart des pays producteurs de blé n’auront pas forcément les capacités de combler les exportations russes et ukrainiennes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs