Accueil Énergie

Energie: la Creg veut taxer jusqu’à 70% les bénéfices excédentaires des centrales au gaz

Temps de lecture: 2 min

La Commission de régulation de l’électricité et du gaz (Creg) a, dans une présentation au parlement, proposé de considérer les bénéfices des centrales au gaz supérieurs à 100 euros par mégawatt et par an comme des bénéfices excédentaires et les taxer avec un impôt qui pourrait atteindre 70 %. Ceci afin de maintenir un contrôle sur les prix de l’énergie, relate De Standaard samedi.

En seulement trois mois, Engie/Electrabel a réalisé plus d’un demi-milliard d’euros de bénéfices avec ses centrales nucléaires. Selon les calculs de la Creg, les centrales à gaz connaissent également une période faste, alors que de plus en plus de familles ont des difficultés à payer leurs factures.

C’est pourquoi la Creg propose une taxe sur les bénéfices excédentaires des centrales au gaz, qui s’appliquerait tant que les bénéfices restent exceptionnellement élevés. Une situation qui devrait durer jusqu’en 2024.

Autre option

Une autre option proposée par la commission est de lier les bénéfices excédentaires au mécanisme de rémunération de capacité (CRM), qui doit assurer la sécurité d’approvisionnement du pays après la fermeture de cinq des sept réacteurs nucléaires. Ce lien devrait empêcher les centrales au gaz de combiner leurs bénéfices excédentaires avec les subventions du CRM à partir de 2025.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Noelb Renzo, samedi 21 mai 2022, 9:45

    On nous ment et on nous mentira , aussi par omission.Supprimer le nucléaire va nous coûter cher, plus les subsides au CRM plus le surplus de production de carbone...

  • Posté par curto calogero, samedi 21 mai 2022, 9:14

    C'est dû réalisme, heureux de voir encore des idées intelligentes.

Sur le même sujet

Aussi en Énergie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une