Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: ancien prorusse, le maire d’Odessa fustige Poutine car il «a tout détruit»

Autrefois considéré comme un politicien aux tendances prorusses, le maire de la ville ukrainienne d’Odessa, Guennadi Troukhanov, prend son temps pour évoquer son ressenti à propos de la Russie et du président Vladimir Poutine, qui a envahi le pays le 24 février.

Temps de lecture: 3 min

Les Russes sont actuellement sur notre terre et ils bombardent nos villes, tuant nos gens et nos soldats », constate le maire de la ville ukrainienne d’Odessa, Guennadi Troukhanov lors d’un entretien à l’AFP. Pour lui, un point de non-retour a été franchi : il ne peut plus être question d’une quelconque amitié russo-ukrainienne. Il fustige les raids aériens, le blocus de la mer Noire et les millions de tonnes de céréales coincées dans les ports, dont Odessa. « Poutine a tout détruit », fulmine-t-il.

Avant la guerre, cet homme de 57 ans s’est forgé une carrière dans le monde tumultueux de la politique ukrainienne en tant que membre du parti de l’ancien président prorusse Viktor Ianoukovitch, renversé par un mouvement populaire pro-occidental en 2014. Malgré les troubles et la montée de l’opposition à la Russie, Guennadi Troukhanov a continué sa percée en devenant maire d’Odessa, quelques mois après des heurts particulièrement meurtriers et tragiques entre prorusses et pro-Kiev dans cette ville.

Aujourd’hui, avec des milliers de morts et des millions de déplacés à cause de l’invasion russe, le maire s’agace à la mention du menaçant voisin. Les troupes de Moscou n’étant qu’à 200 kilomètres d’Odessa, M. Troukhanov préfère se concentrer sur la défense de sa cité, l’un des ports majeurs d’Ukraine, essentiel pour les exportations de denrées.

« Ils ne détruisent pas seulement nos villes et tuent nos habitants, ils provoquent aussi une catastrophe économique », souligne-t-il.

Si Odessa a jusqu’à présent évité un assaut terrestre des forces russes, la ville a subi des bombardements meurtriers. Fondée lors du règne de la tsarine Catherine la Grande, Odessa est un symbole de la gloire de l’Empire russe avec son architecture baroque et son emblématique « Escalier Potemkine ».

Après la chute de l’URSS en 1991, Odessa a maintenu des liens économiques, culturels et familiaux étroits avec la Russie, ayant la réputation d’une des villes les plus favorables à Moscou en Ukraine. Les opinions des habitants sont toutefois en train de changer, des siècles de bienveillance mutuelle étant réduits en cendre par les bombardements russes.

Ils renforcent la haine

« Avec leurs roquettes, ils pensent semer la terreur parmi les habitants. En réalité, ils renforcent la haine contre les occupants et les envahisseurs », relève M. Troukhanov.

Entre deux réunions, il se faufile dans le trafic à bord de sa Range Rover noire pour se rendre sur les lieux d’un récent bombardement. Les mains jointes, il hoche la tête lorsque les locaux lui posent une série de questions sur la reconstruction et les aides.

Le moment choisi par les Russes pour certains bombardements laisse les habitants perplexes. Le 9 mai, lors de la grand-messe patriotique en Russie pour célébrer la victoire sur l’Allemagne nazie, Vladimir Poutine a déposé des fleurs sur un monument rendant hommage aux « villes héroïnes » de l’Union soviétique, parmi lesquelles figure Odessa. Quelques heures plus tard, un barrage de missiles russes est tombé sur la ville.

« Que pouvez-vous attendre d’une personne qui bombarde des enfants ? Des gens meurent tous les jours ici », dénonce Alexandra Kasseïenko, 29 ans. « C’est choquant pour beaucoup d’entre nous. Nous étions (des peuples) frères ».

Guennadi Troukhanov partage la perplexité de ses administrés. L’édile rappelle que Russes et Ukrainiens ont défait côte à côte, au sein de l’Armée rouge, l’Allemagne nazie lors de la Seconde Guerre mondiale. « Personne ne pouvait imaginer qu’en 2022, nos gens, des réfugiés ukrainiens, se cacheraient en Allemagne de missiles russes ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Van Obberghen Paul, samedi 21 mai 2022, 12:44

    Vladimir Poutine, avec cette guerre absurde et son cortège d'horreurs, aura réussi à obtenir l'exact contraire de ce qu'il voulait. Il a renforcé l'OTAN et ajouté 2 pays à l'Alliance (en attendant l'accord de la Turquie) dont un directement à sa frontière, Il a reserré les liens entre les pays de l'Union Européenne, et maintenant, il se met à dos les Pro-Russes d'Ukraine sur lesquels il comptait pour rallier le pays, ou une grande partie, à lui. Même s'il peut conquérir des territoires en Ukraine (et ailleurs?), il deviendra impossible pour lui de les tenir sur le long terme faute d'un soutien populaire effectif. Parce qu'évidemment, les destructions que son armée aura semées ne seront jamais réparées par la Russie. On voit mal Poutine, reconstruire Marioupol et répérarer l'usine Azovstal. Avec quel argent? Et même militairement parlant, si l'idée était de montrer la supériorité de la grande armée russe au reste du monde, pour impressionner ou vendre des armes, là aussi c'est un échec cuisant. L'armée russe est mal équipée, avec du matériel souvent obsolète, mal entrainée, mal commandée, mal motivée, mal ravitaillée. C'est affligeant. Mais en fait, il y a fort à parier que de tout cela, Poutine n'en ait rien à faire. Il veut détruire et soumettre l'Ukraine, et le reste, il s'en moque.

  • Posté par Raspe Eric, samedi 21 mai 2022, 14:05

    Vous oubliez un détail : il a aussi perdu à jamais les maigres alliés qu'il avait en Ukraine. Ne restent que les maffieux. Pour le reste vous avez raison, le temps jouera contre lui.

Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une