Accueil Culture Cinéma

Festival de Cannes: «Happy Birthday Bouli!»

Une rencontre inattendue.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 1 min

Le hasard existe-t-il ? On sort d’un film, on marche d’un pas rapide, on bifurque dans une rue et pas une autre. Pourquoi celle-ci et pas celle-là ? Et on tombe nez à nez avec Bouli Lanners, seul, à une terrasse. Dans une poignée d’heures, il sera dans le train, ravi, direction Liège. Il a quitté sa femme, son potager, ses chiens pour un saut de puce à Cannes afin de présenter l’excellent polar de Dominik Moll, La nuit du 12, section Cannes Première et qu’on aurait bien vu en compétition. Il n’aime pas ça Bouli mais il n’est pas du style à lâcher l’équipe pour rien. Alors il est là. La veille, c’était son anniversaire. Dans quelques minutes, il sera au photocall et, en chœur, les photographes, ceux-là qui avaient déposé leur appareil devant Isabelle Adjani un jour, lui chanteront « Joyeux anniversaire ». Ça dit quelque chose de l’homme. On discute cinq minutes et dix secondes – ce qui est énooorme à Cannes. Le garçon du café nous parle en anglais, Bouli s’en étonne. On lève la tête : pub irlandais !

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs