Accueil Culture Arts plastiques

«Les Restes suprêmes» de Dorcy Rugamba: la mémoire d’une Afrique engloutie par la colonisation

A la Biennale de Dakar, l’auteur rwandais Dorcy Rugamba interpelle les musées coloniaux d’Europe. « Les restes suprêmes » se veut le cri des objets emmurés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Une œuvre majeure s’impose déjà à la Biennale de Dakar, qui se tient en ce moment au Musée des civilisations noires : Les restes suprêmes. Le dramaturge et auteur d’origine rwandaise Dorcy Rugamba, qui participa à la création du monumental Rwanda 94 de Jacques Delcuvellerie, aborde de plein fouet les musées « ethnographiques » africains qui se sont multipliés en Europe au temps de la colonisation, au premier rang desquels le Musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren, rénové, repensé mais toujours au cœur de la polémique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, mercredi 25 mai 2022, 14:25

    Cette ritournelle du "complexe du colonisé" commence a fatiguer . Non ? A quand une Afrique JEUNE; dynamique; décomplexée et sûre d'elle ? A quand l'éviction de la corruption qui gangrène tout ce continent et qui l'empêche de prendre un essor attendu depuis plus de soixante ans ?

  • Posté par STORDIAU Pierre, mercredi 25 mai 2022, 14:43

    Pour chaque "corrompu" ... il y a un "corrupteur" ! >>> A qui profite cette posture de "victimisation" permanente qui sert de blanc seing à la corruption ? A QUI profite le crime , sinon celui qui l'entretien ?

Aussi en Arts plastiques

La rénovation du Vanderborght met l’art contemporain à l’honneur

L’espace Vanderborght va être rénové par la Ville de Bruxelles et le pouvoir Fédéral dans l’objectif de faire la part belle à l’art contemporain. Un projet à un million d’euros pour ces anciens magasins de la rue de l’Écuyer qui sont devenus des lieux d’exposition incontournables de la capitale.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs