Accueil Économie

Un passé «confidentiel»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

Il était plutôt mal pris Wouter Devriendt : à la tête depuis peu de Dexia SA (qui depuis l’implosion du groupe en 2011, n’a plus aucune activité commerciale), il lui revenait mardi après-midi de répondre aux questions des membres de la commission spéciale « Panama papers » sur le passé du groupe bancaire et sur les activités suspicieuses de sa filiale d’alors, le bureau luxembourgeois Experta. Cette fiduciaire, qui était dans les années 2000 une filiale de la Banque internationale à Luxembourg (BIL), elle-même appartenant au groupe Dexia, a en effet créé au moins 1.659 offshore avec Mossack Fonseca. Devenant du coup son meilleur client.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs