Accueil Économie

Panama Papers: les petites mains belges de l’offshore

Une centaine de professionnels belges du chiffre figurent dans les Panama papers. Parfois comme simples prospects, d’autres fois comme zélés rabatteurs.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

Sans eux, Mossack Fonseca et les autres industriels de l’offshore n’existeraient pas. Ou si peu. L’optimisation et la fraude fiscale resteraient des sports de combat réservés aux initiés ; les Seychelles, les Bahamas et le Panama ne se découvriraient qu’au travers de cartes postales et guides touristiques. Comptables, consultants, employés de fiduciaires, avocats, ils sont au moins 117 intermédiaires belges à avoir été identifiés par Le Soir, De Tijd, Mo et Knack dans les fichiers de Mossack Fonseca qu’ont obtenus l’ICIJ et le Süddeutsche Zeitung.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs