Accueil Monde Proche-Orient

Le professeur irano-suédois de la VUB peut être pendu à tout moment à Téhéran

Alors que l’Iran est le second pays dans le monde après la Chine en matière d’exécutions capitales, Ahmadreza Djalali vit dans l’angoisse d’une exécution qui pourrait être imminente.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Ahmadreza Djalali, un spécialiste reconnu de la médecine d’urgence, sera-t-il bientôt exécuté à Téhéran où il se trouve emprisonné depuis 2016 ? L’Iran le laisse entendre. Dans ce pays, la peine de mort reste une punition pénale courante, comme le signale chaque année le rapport d’Amnesty International sur le sujet de la peine capitale dans le monde.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Raurif Michel, dimanche 29 mai 2022, 14:02

    Je doute qu'il soit un jour pendu .Il représente une monnaie d'échange beaucoup plus intéressante vivant que mort !!!

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs