Accueil Monde Union européenne

La Commission européenne pousse la Belgique à adopter une grande réforme fiscale

C’est l’une des recommandations formulées par l’exécutif communautaire à notre pays. Vu le contexte, les règles budgétaires seront par ailleurs suspendues cette année encore.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La souplesse budgétaire restera de mise en 2023… C’est en tout cas ce que propose la Commission européenne, vu le contexte – la guerre en Ukraine dope les prix et l’inflation, menace la sécurité d’approvisionnement et exige des investissements, pour l’énergie ou la défense. Pas question, donc, d’imposer le retour rapide des déficits sous les 3 % (14 Etats membres sont au-delà, dont la Belgique, qui prévoit moins 5 % cette année) ou de l’endettement sous les 60 % du PIB (onze pays européens dépassent cette barre, dont le nôtre, avec 107,5 % prévus en 2022).

Il s’agit, au contraire, de laisser, dans les budgets 2023, ficelés dans les prochaines semaines, « une certaine marge de manœuvre aux gouvernements, pour qu’ils puissent réagir rapidement », a souligné Valdis Dombrovskis, vice-président de l’exécutif communautaire. « Mais tout n’est pas autorisé pour autant », a-t-il aussitôt souligné.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Huys Eric, mercredi 25 mai 2022, 18:22

    Après ce qu'ils ont contribué à faire en Grèce, ils sont gonflés de la ramener ceux-là!

  • Posté par J.-M. Tameyre, jeudi 26 mai 2022, 8:37

    Vous pouvez développer ? Qu'ont-ils fait à la Grèce qui a menti sur sa dette pendant des années et où elle vaut toujours 200% du PIB ?

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mardi 24 mai 2022, 12:35

    Demander aux junkies fiscaux qui sévissent en Belgique une réforme fiscale, c'est invariablement leur donner un texte dont ils comprennent "il faut augmenter les prélèvements".

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 24 mai 2022, 7:54

    C'est drôlement confortable de faire partie de la Commission. Bien de droite. Avec des "y a qu'à"...Et des salaires tellement élevés qu'ils sont distants de la plèbe d'en bas qui n'a qu'à payer.

  • Posté par J.-M. Tameyre, mardi 24 mai 2022, 6:08

    Le système belge organise toute une série de ponctions à tous les étages qui n'ont plus rien à voir avec un "service piblic" mais bien avec un racket institutionnel. Pourquoi les achats de consommation courante en France sont jusqu'à 20% moins chers ? Exemples : le pack de San Pelligrino payé 3.5€ chez Auchan et affiché 5.5€ chez Carrefour, les croquettes pour chien à 10€ chez nous contre 5.5€ en France, les magazines à 2.9€ là bas et 3.6€ ici, le prix des assurances auto ou de l'électricité etc.) Le triomphe de ce système mafieux est l'assurance complémentaire obligatoire des mutuelles. Faites le compte par an de ce qui est versé par des gens qui travaillent à des services politisés et DÉJÀ financés par la sécu ! Savez-vous qu'un chauffagiste doit verser 7 à 11% de son chiffre d'affaires à la commission paritaire de son secteur, essentiellement politisée, et que ce surcoût est bien sûr payé par le consommateur final ? 10% qui s'ajoutent à la TVA et aux charges sociales des gens qui prestent. La fraude fiscale des "petits" (je suis salarié, donc je ne dissimule rien) est pour beaucoup une survie. Si on lève le secret bancaire, plein de gens iront au CPAS, si on chasse les gros fraudeurs ils iront s'installer ailleurs. Parce que ce que nous payons doublement pour financer des circuits sans valeur ajoutée devient impossible à supporter.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs