Accueil Société

Une infectiologue rassure: «Avec la variole du singe, nous ne sommes pas dans une situation comme avec le covid»

Que risquent les personnes contaminées par la variole du singe ? Faut-il s’isoler complètement en cas de symptômes ? Quels sont les bons gestes à adopter ? L’infectiologue Charlotte Martin, invitée par la RTBF, amène un éclairage sur la situation.

Temps de lecture: 3 min

Alors que les cas de variole du singe continuent d’augmenter hors des zones endémiques d’Afrique, notamment en Europe, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé lundi une situation « atypique » mais jugé possible de « stopper » cette transmission de la maladie entre humains.

Des cas ont été jusqu’alors confirmés dans une dizaine de pays européens mais aussi en Australie, au Canada ou encore aux Etats-Unis. Neuf pays de l’UE (Autriche, France, 4 en Belgique, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Espagne, Portugal, Suède) concentrent pour l’instant 67 cas, selon l’agence de l’Union européenne chargée des maladies (ECDC).

L’infectiologue Charlotte Martin au CHU Saint-Pierre à Bruxelles était invitée ce mardi matin sur La Première.

Que risquent les personnes contaminées ? « Pour l’instant, l’immense majorité des cas sont bénins. Ils ont des symptômes de fièvre, de malaises, de douleurs musculaires, et une éruption cutanée caractéristique. Mais la maladie ne dégénère pas à ce stade, il n’y a pas de décès. Ensuite, c’est une maladie qu’on connaît quand même un petit peu. On sait qu’il y a deux formes de virus, et ici on est face au virus ouest-africain, donc la forme la moins dangereuse. Mais ce virus pourrait tout de même être plus sévère chez les personnes fragiles, c’est-à-dire les enfants, les immunodéprimés, les femmes enceintes et les personnes plus âgées. Or l’immense majorité des cas pour l’instant concerne des jeunes en bonne santé. La maladie reste cependant contagieuse et on ne veut pas qu’elle se répande, justement pour qu’elle n’atteigne pas cette population vulnérable. »

Quelle est la phase la plus contagieuse ?

« Lors de l’apparition des vésicules. Cette maladie se transmet par contact très proche et par frottement. On évite donc de se serrer la main après avoir touché ces vésicules. Elle se transmet également par des rapports sexuels. Certains ne se rendent pas forcément compte et ne voient pas une éruption de vésicules au niveau génital, ce qui permet une transmission de la maladie. »

Si l’on ne voit pas apparaître cette éruption cutanée, nous ne devons pas nous inquiéter ? Selon Charlotte Martin, la période d’incubation est de 5 à 21 jours. Donc si vous avez été en contact avec une personne contaminée, il faut être attentif pendant les 21 jours suivants. Elle ajoute que dès qu’une personne ne se sent pas bien et voit apparaître ces vésicules, elle doit aller consulter un médecin et rester à distance de toute autre personne. Il faut ici comprendre qu’il faut éviter tout contact proche, mais il n’est pas complètement interdit de sortir de chez soi, comme c’était le cas avec le coronavirus.

Elle ajoute : « Cette maladie n’est pas liée aux personnes homosexuelles. Elle est entrée dans une communauté et se transmet dans cette communauté. Ce virus est lié aux contacts proches. D’ici quelques jours, il pourrait y avoir des cas chez les personnes hétérosexuelles, si la maladie parvient à sortir de la communauté homosexuelle. »

Un virus différent de celui du covid

« Nous ne sommes pas dans le même cas que le covid. Ici on connaît un petit peu cette maladie, on ne démarre pas de zéro. Nous connaissons un vaccin et un traitement. » Les Etats-Unis se préparent à vacciner les personnes fragiles. Selon Charlotte Martin cela pourrait avoir du sens en Belgique avait les personnes fragiles, mais nous sommes loin d’une vaccination de masse.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par FABIO Fabio, mardi 24 mai 2022, 15:02

    Et surtout, dans ce cas-ci, un vaccin existe déjà depuis des décennies... La véritable angoisse viendra quand un virus mortel tout droit sorti de la préhistoire et du permafrost fera son apparition , réchauffement climatique oblige...

  • Posté par massacry olivier, mardi 24 mai 2022, 14:02

    Comment cette plandémie est un flop, flute que vont devenir les antivax et autres complotistes à deux balles?

  • Posté par Raspe Eric, mardi 24 mai 2022, 8:15

    Grande différence entre les deux virus. Avec la variole, on voit qui est contagieux : cette personne porte des stigmates. Avec sars-cov2, on ne devient pas vert quand on est contagieux. Certains le sont même fortement sans avoir aucun symptôme. La multiplication des articles pièges à clics sur ce sujet non pour affoler la population mais pour faire du chiffre est inquiétante, irresponsable et indigne d'un journal de qualité. Elle ouvre un magnifique terrain de jeu aux anti-touts habituels dont le seul but est de déstabiliser notre société pour imposer leur nouvel ordre répugnant.

  • Posté par Heneffe Jean-marie , mardi 24 mai 2022, 10:37

    Pendant ce temps, sur le front du Covid tout se présente bien et les chiffres de Sciensano sont tous en forte baisse. Et… pas un mot. Ça n’intéresse plus personne. Faire du chiffre, mettre en exergue la variole du singe, c’est en effet plus porteur…

Sur le même sujet

Aussi en Société

Les boîtes noires s’invitent dans les voitures dès cette semaine

Les données de conduite au moment d’un accident devront être collectées dans une boîte noire. De nombreux dispositifs d’aide à la conduite deviennent également obligatoires. En Belgique, cette législation européenne s’appliquera aux nouveaux modèles à partir du 6 juillet. Et en 2024 pour toutes les voitures neuves.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko