Accueil Monde Asie-Pacifique

Des nouvelles révélations sur la répression des Ouïghours en Chine

Grâce à une fuite de données, plusieurs médias internationaux montrent aujourd’hui l’ampleur des persécutions et de l’internement massif des Ouïghours, minorité musulmane, dans la région autonome chinoise du Xinjiang.

Temps de lecture: 3 min

Des nouvelles publications issues d’une fuite de données révèlent l’ampleur des persécutions et de l’internement massif des Ouïghours, minorité musulmane, dans la région autonome chinoise du Xinjiang. Plusieurs médias internationaux, dont la BBC, USA Today, Le Monde et Der Spiegel, ont publié mardi les « Xianjiang Police Files ».

Les publications comprennent des milliers de photos issues du Xianjiang et offrent un aperçu rare des « camps de rééducation » controversés où sont logés les Ouïgours. La Chine affirme systématiquement qu’il s’agit d’installations d’entraînement volontaires, mais les documents réfutent ces affirmations. Selon les médias internationaux, il existe des preuves solides de répression et d’exclusion sociale de la minorité musulmane.

L’utilisation d’armes en cas d’évasion

Dans son enquête, la BBC reconstitue par exemple un des camps, le « Shufu County New Vocational Skills Education and Training Centre », situé au sud de la ville de Kashgar et révèle les méthodes qui y sont utilisées. Selon la BBC, la fuite de documents montre que le camp « détient 3722 « étudiants », gardés par plus de 366 officiers de police. » Des officiers qui, selon le média britannique, « ont reçu l’ordre de se préparer à utiliser les armes en cas d’évasion » des « étudiants » en question.

Face à la défense des autorités chinoises, qui insistent « sur le fait que les camps offrent au Ouïghours et aux autres minorités turques reconnaissants et volontaires des leçons qui les éloignent des dangers du terrorisme et de l’extrémisme », la BBC écrit que la fuite « va plus loin que jamais en montrant la nature dure et involontaire de ces établissements conçus pour cibler presque tous les aspects de l’identité ouïghoure et les remplacer par une loyauté forcée envers le parti communiste. »

Ces « Xianjiang Police Files » coïncident avec la visite du Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, en Chine. C’est la première fois en 17 ans qu’un commissaire aux droits de l’homme des Nations unies se rend dans le pays. Elle prévoit également de visiter la région autonome.

Suite à la publication, la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock s’est entretenue ce mardi avec son homologue chinois et lui a demandé des « éclaircissements ». « Les droits de l’Homme, pour la protection desquels l’Allemagne s’engage dans le monde entier, sont une composante élémentaire de l’ordre international », a par la suite souligné le ministère allemand dans un communiqué.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une