Accueil Société

Isolement, départs précoces... le blues des nouveaux profs

Après une première vie professionnelle, ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers le métier de prof. Ils représentent désormais la majorité des nouveaux entrants sur le marché. Une solution à la pénurie ? Pas si vite : un sur deux quitte la profession dans les cinq ans...

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

Comment résorber la pénurie d’enseignants ? Comment attirer de nouveaux profs ? En Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), et plus largement en Europe, ces questions obsèdent les politiques publiques. Selon un rapport d’Eurydice, 26 pays européens font état d’un problème de pénurie. A grand renfort de promesses sur l’amélioration des conditions de travail et avec une réforme de la formation initiale des enseignants qui se fait attendre, les réponses efficaces se font rares. Et si la solution se trouvait du côté des enseignants de seconde carrière ? Du côté de l’économiste devenu prof de maths sur le tard, du chimiste qui quitte son laboratoire pour enseigner la chimie ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Leblanc Vincent, mercredi 25 mai 2022, 16:35

    Il serait intéressant de pousser l’analyse plus loin. Comparer les chiffres en fonction du type d’enseignement (général, « élitiste », technique et professionnel, enseignement spécialisé) ainsi que selon la région. Les chiffres ne sont probablement pas comparables entre Marchienne-au- pont , La Hulpe, Rixensart ou Virton..

  • Posté par Lambert Paul, mercredi 25 mai 2022, 12:27

    et vous vous posez la question du pourquoi ?????? entre les élèves qui sont devenus roi , les parents qui vous insultent, la ministre qui déconne avec ces projets , la disparition du respect des professeurs , avant ils devaient simplement enseigner, maintenant ils doivent éduquer devant les parents démissionnaires plus occupés par leur boulot et réussite et j'en passe et des meilleurs

  • Posté par Lete Catherine , mercredi 25 mai 2022, 11:00

    Prof (comme infirmier d'ailleurs) ce n'est pas une "vocation", c'est un JOB et c'est peut-être déjà là que le bas blesse. C'est un vrai job avec tout ce qui en découle : Salaire mais pas que : Respect du travail fourni, un Contrat employé-employeur, une Description de tâches et responsabilités, des Objectifs à atteindre, un Support de la hiérarchie, une Formation continue .... etc etc .... De ce que je sais du job .... il n'y a rien de tout cela. Alors on s'étonne?

  • Posté par noel lelon, mercredi 25 mai 2022, 7:05

    Les NOUVEAU lsic) profs. On konpren le blouse an lizen le titte

  • Posté par Lahaye Olivier, mercredi 25 mai 2022, 10:28

    noel lelon tout cela pour ''profs''!

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs