Accueil Belgique

De la sensibilisation à l’imposition de la vaccination

La peur du variant delta et les poches de résistance, surtout côté francophone, ont poussé la task force vaccination et les politiques à emprunter le chemin tortueux de l’obligation vaccinale, après des mois d’hésitation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Convaincre plutôt qu’imposer la vaccination contre le coronavirus. Un leitmotiv entendu depuis la fin de la première vague au printemps 2020. Un an plus tard, une très large majorité de la population belge s’était laissée convaincre. En coulisses toutefois, un point a focalisé l’attention des autorités. « Et si cette réussite n’était pas suffisante ? »

Dès le départ, les regards sont tournés vers les « soignants », au sens large du terme. Logique puisqu’ils ont été déclarés prioritaires pour recevoir les toutes premières doses au début de l’année 2021. « Ils sont aussi le pilier de la résilience du système de santé », ajoute Sabine Stordeur, coresponsable de la task force vaccination. « Ils sont plus exposés au risque d’infection et sont en contact étroit avec des patients par nature vulnérables. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs