Accueil Société

«Les mesures actuelles ne suffiront pas»: Frank Vandenbroucke veut rendre le métier d’infirmier plus attractif

Le ministre évoque « un épuisement consécutif à la crise Covid combiné à une pénurie sur le marché du travail » et veut ouvrir une nouvelle concertation avec les partenaires sociaux.

Temps de lecture: 2 min

Le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) veut des mesures supplémentaires pour augmenter l’attractivité du métier d’infirmier. C’est ce qu’il a affirmé mardi en commission Santé de la Chambre, où il était interrogé à la suite d’un rapport du Centre Fédéral d'Expertise des Soins de Santé (KCE) à ce sujet.

Selon l’étude du KCE, quelque 20% des infirmiers en soins intensifs sont à haut risque de burn-out généralisé. Et entre 40 et 45% d’entre eux ont un haut risque de développer l’un ou l’autre symptôme, comme l’épuisement émotionnel, la dépersonnalisation ou encore le diminution des compétences.

Le KCE appelle à la mise en place d’urgence d’un plan pour les métiers infirmiers, singulièrement dans les soins intensifs, afin de le rendre plus attractif. Ce plan doit, selon le rapport, comprendre entre autres une revalorisation salariale et une amélioration des conditions de travail.

« Une situation très difficile »

«Ce rapport est très important», a commenté Frank Vandenbroucke. «Il évoque une situation très difficile. Les mesures actuelles ne suffiront pas. Il s’agit d’un épuisement consécutif à la crise Covid combiné à une pénurie sur le marché du travail.» Selon le ministre, un large éventail d’aspects doivent être pris en compte, tels que l’organisation du travail, la formation, la rémunération et la valorisation des prestations extraordinaires.

Tout d’abord, le ministre veut aboutir sur l’agenda en cours. Celui-ci concerne le montant de 100 millions d’euros dégagé lors du dernier accord social qui devrait profiter aux infirmiers spécialisés disposant d’un titre professionnel particulier. On parle d’une revalorisation de 250 euros brut par an. Le ministre espère clore ce dossier d’ici deux semaines.

Ensuite, le ministre veut ouvrir un nouvel agenda pour une concertation tripartite avec les partenaires sociaux. Il envisage également de discuter de l’attractivité des métiers de la santé avec ses homologues des entités fédérées au sein de la conférence interministérielle santé.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Heneffe Jean-marie , mercredi 25 mai 2022, 9:47

    Le point de départ est excellent : il faut rendre le travail des infirmiers plus attractif. C’est une évidence après cette période « Covid ». Si vous ne le faites pas pour eux, faites-le pour vous quand vous en aurez besoin. Je sais que d’autres secteurs sont aussi en grande difficulté, que les budgets sont limités et que les déficits sont importants. Je n’ignore pas que la problématique du travail en hôpital ne se limite pas aux salaires. Mais venir avec une « revalorisation » de 250 euros brut par an, c’est indécent ! Qu’en restera-t-il en net mensuel ? De quoi se payer 6 litres d’essence ? Acheter 5 pains ? Aller une fois par mois à la piscine ?

  • Posté par Hanon Jean, mardi 24 mai 2022, 21:13

    250 euros brut par an...Ce gros connard n' atoujours rien compris

  • Posté par massacry olivier, mardi 24 mai 2022, 21:28

    Dixit celui qui milite pour leur surcharge de travail, amplifiant encore le trou de la sécu !

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko