Accueil Culture Cinéma

The show must go on

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

On l’a dit « foudroyé par un malaise ». Et un siège a été laissé vide dans la salle. La mort s’est invitée sans s’annoncer au Festival de Cannes. Cette parenthèse qui fait résonner le monde sur grand écran reste perméable aux coups vaches de l’existence. Le cinéma n’est qu’illusion pour conjurer le temps. Ahmed Benaïssa, 78 ans, figure phare du théâtre et du cinéma en Algérie, acteur dans plus de 120 films dont Les fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin, est mort quelques heures avant la présentation de son dernier film, Goutte d’or de Clément Cogitore, à La Semaine de la critique, vendredi dernier. Tout à coup, clap de fin. Ecran noir définitif. On veut le film des souvenirs, on a peur que le visage s’efface, on voit ses remparts disparaître et le vertige est là. Adieu Tonton René. « Nous sommes ici pour une période de vie. On ne sait pas combien de temps », confiait ce matin Viggo Mortensen. « Enfant, je courais partout dès que je me réveillais parce que le temps passe vite.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs