Accueil Alimentation

Bien choisir son poisson: «On se trompera moins avec une petite sardine pêchée près de chez soi qu’avec un saumon d’élevage»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Le consommateur peut-il, par ses choix, alléger la surpêche de certaines espèces ? Question simple mais réponse compliquée. Elle dépend non seulement de l’espèce, mais aussi de la région où elle a été pêchée et de la technique utilisée. Comment s’y retrouver face à l’étalage ? « La première question à se poser c’est de savoir s’il s’agit d’un poisson européen », explique Clara Ulrich (Ifremer). « La moitié du poisson mangé en Europe est importé. Hors de la pêche européenne, on sort de réseaux de contrôle connus qui ne sont certes pas les plus vertueux du monde, mais sont aussi loin d’être les plus mauvais. »

L’aquaculture ? « La situation est aussi diverse que celle des poissons sauvages, mais on y est moins avancé sur les labels et la documentation des pratiques. L’un des problèmes de certaines aquacultures est l’utilisation, comme nourriture, d’aliments à base de poissons pêchés en Mauritanie, au Maroc ou au Pérou. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Alimentation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs