Accueil Société Enseignement

La ministre de l’enseignement veut attirer les enseignants «de seconde carrière»

Depuis 2013, ces enseignants dits de seconde carrière sont chaque année plus nombreux que les jeunes profs fraîchement sortis des études.

Temps de lecture: 2 min

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles devrait approuver le mois prochain une nouvelle batterie de mesures afin d’encourager les enseignants de seconde carrière, ces travailleurs qui après une première carrière dans le privé décident d’embrasser le métier d’enseignant.

Depuis 2013, ces enseignants dits de seconde carrière sont chaque année plus nombreux que les jeunes profs fraîchement sortis des études. Ce mercredi, nous rapportions toutefois que ces enseignants de seconde carrière sont aussi plus enclins que leurs jeunes collègues à quitter le métier. Après cinq ans d’exercice, la moitié d’entre eux ont ainsi quitté la profession.

Des mesures pour encourager les reconversions

Face à cette situation, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles devrait approuver le 9 juin prochain une série de nouvelles mesures pour encourager ces reconversions professionnelles au profit de l’école, victime d’une pénurie d’enseignants depuis des années.

Interrogée mercredi en séance plénière du Parlement de la Fédération par la députée Caroline Cassart-Mailleux (MR), la ministre de l’Education, Caroline Désir (PS), a levé un coin de voile sur les nouvelles mesures envisagées.

Il s’agira dans un premier temps d’améliorer l’information sur le métier d’enseignant mais aussi de mieux accompagner ces enseignants de seconde carrière dans leur nouveau métier. Par ailleurs, le gouvernement de la FWB entend nouer des partenariats plus étroits avec les opérateurs régionaux de l’emploi (Forem,...) pour mieux toucher les candidats potentiels.

Enfin, l’exécutif francophone souhaite mieux valoriser financièrement l’expérience acquise lors de la première carrière des candidats. Actuellement, un travailleur de 45 ans issu du privé qui devient prof doit bien souvent commencer tout en bas de l’échelle barémique, comme un jeune prof...

Devant les députés, la ministre Désir a rappelé que la nécessité de trouver de nouveaux enseignants se fera particulièrement sentir prochainement en matière d’enseignement de la seconde langue.

En effet, en application du nouveau tronc commun de la maternelle jusqu’à la 3e secondaire, l’enseignement du néerlandais sera généralisé dès la 3e primaire dans toutes les écoles de la FWB. Cela nécessitera à lui seul le recrutement de quelque 450 équivalents temps-plein d’ici un an à peine.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, jeudi 26 mai 2022, 21:46

    Gros succès de l'enseignement technique et professionnel pour des compétences évidentes dans les travaux pratiques. Mais ceux qui espèrent se refaire une santé comme fonctionnaire avec beaucoup de congé ne doivent pas se faire d'illusion : enseigner requiert la connaissance parfaite de sa discipline ET une capacité à transmettre le b a ba de cette discipline. L'école comme montrée à la télé ou au cinéma, c'est drôle et c'est surtout du pipeau!

  • Posté par lambert viviane, jeudi 26 mai 2022, 21:47

    ...beaucoup de congéS .... Désolée

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une