Accueil Économie Consommation

L’inflation inflige une double peine aux commerçants

Baisse des recettes et hausse des coûts forment un cocktail explosif pour les supermarchés et l’habillement, alerte Comeos. La fédération du commerce évoque de possibles futures coupes dans les frais de personnel.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Notre secteur est dans une situation très, très compliquée. Faute de mesures adéquates, nous allons droit dans le mur. » Tel est le cri d’alerte que lance aujourd’hui Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos. La fédération du commerce organisé n’est pas réputée pour ses propos rassurants sur l’état de santé économique de ses membres. Mais, il faut le reconnaître, la conjoncture actuelle n’est guère porteuse pour le commerce, en raison d’un handicap majeur : l’inflation, résultat d’une économie mondiale toujours sous l’emprise du covid et lourdement frappée par la guerre en Ukraine.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Retine Marc, dimanche 29 mai 2022, 21:09

    Ca dépend quels commerçants... quand je vois des magasins de bricolages qui se font la guerre à coups de -15 - 20% je me demande quelles sont leurs marges??? Car ils y gagnent encore!

  • Posté par Constant Depiereux, vendredi 27 mai 2022, 7:45

    Tant qu'il y a des bénéfices, ils s'arrangent pour flouer l'état au maximum. Lorsque la situation est difficile, l'état devrait les aider au risque de provoquer un bain de sang social qui n'impactera pas les décideurs? Un peu de décence et de cohérence, Mrs les actionnaires!

  • Posté par Lietard Rudy, vendredi 27 mai 2022, 7:57

    Et surtout ne pas oublier pour vos barbecues d'acheter les sauces DL, celles qui sont 3 fois + chères que les marques de distributeurs. Mais bon il faut bien payer les pubs diffusées en radio lorsque les beaux jours reviennent. Pas pour moi je ne suis pas un pigeon.

  • Posté par Lietard Rudy, vendredi 27 mai 2022, 7:07

    Enfin les Belges comprennent que les marques de distributeurs sont quasi aussi bonnes que celles des grandes marques ( souvent cotées en bourse ). Et si l'horeca souffre c'est une bonne chose également, secteur du travail en noir et donc à boycotter.

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs