Accueil Société

Salmonelle dans des produits Kinder: l’origine de la contamination déterminée

Après un scandale qui a terni son image, Ferrero affirme avoir déterminé ce qui a causé la contamination de ses produits.

Temps de lecture: 3 min

C’est «le plus gros rappel de produits de ces vingt dernières années», admet le directeur général France de Ferrero qui s’exprime pour la première fois depuis le début du scandale sanitaire qui coûte cher au fabricant des Kinder, financièrement et en terme de réputation, dans un entretien au quotidien Le Parisien jeudi.

L’usine d’Arlon mise en cause

Depuis début avril, plus de 3.000 tonnes de produits Kinder ont été retirés du marché en France où 81 cas de salmonellose ont été détectés, majoritairement chez des enfants de moins de dix ans.

L’impact financier pour le groupe est majeur. Il «avoisinera plusieurs dizaines de millions d’euros», annonce Nicolas Neykov, le directeur général. Sur la seule période de Pâques, un temps fort pour le fabricant italien, la marque a perdu 40% de son chiffres d’affaire habituel.

La marque, aimée des tout petits, estime que «60% des consommateurs n’ont plus confiance», dit M. Neykov qui, lancé dans une campagne de reconquête, veut jouer la carte de la transparence.

«D’après nos enquêtes», la contamination proviendrait «d’un filtre situé dans une cuve à beurre laitier» de l’usine d’Arlon en Belgique et y serait arrivée «soit par des matières premières contaminées, soit par des personnes», selon lui.

Une enquête toujours en cours

L’usine d’Arlon, dans les Ardennes belges, d’où sont issus les produits Kinder incriminés, a été mise à l’arrêt début avril. Tous les produits fabriqués sur ce site (Kinder Surprise, Kinder Mini Eggs, Kinder Surprise Maxi 100g et Kinder Schoko-Bons) ont été rappelés.

Le groupe, critiqué pour ne pas avoir fermé cette usine dès le 15 décembre, date à laquelle de la salmonelle a été détecté une première fois, se défend aujourd’hui. «Le 15 décembre (...) on arrête toutes les lignes de production, on ferme l’usine, on jette ce qui a été fabriqué», explique-t-il.

«La totalité de nos tests réalisés les jours suivants sont négatifs, ce qui nous permet alors de rouvrir l’usine», explique-t-il. «À ce moment-là, on est absolument certain qu’aucun produit contaminé n’a été mis sur le marché. Que s’est-il passé après ? L’enquête le dira», dit Nicolas Neykov, alors que la justice belge a ouvert une information judiciaire en avril.

Le directeur général explique que «ce n’est que le 2 avril, que les autorités anglaises établissent une correspondance statistique avec la consommation de Kinder surprise», poussant le groupe à rappeler ses produits en Grande-Bretagne puis en France le lendemain.

Regagner la confiance des consommateurs

Le groupe a reçu plus de 150.000 demandes de dédommagement et 90% de ces demandes ont été «satisfaites» dit le directeur général, sous forme de bons de réduction sur n’importe quel produit alimentaire ou de bons d’achat Kinder, ce qui représente un coût de moins de deux millions d’euros pour le groupe.

Le groupe souhaite désormais redémarrer la production au plus tôt et a demandé la réouverture de son usine belge dès le 13 juin. Le groupe, qui a reconnu des défaillances, annonce que 50% des contrôles sanitaires seraient désormais réalisés par un laboratoire extérieur homologué alors que «pour l’heure» tout repose sur un système d’auto-contrôle en interne.

Ferrero a par ailleurs présenté un plan le 4 mai aux autorités sanitaires belges, 1.000 salariés de l’usine travaillent sept jours sur sept à sa réouverture. 10 000 pièces vont être démontées et nettoyées une par une«, a-t-il précisé.

Sur le plan judiciaire, l’association de défense des consommateurs Foodwatch France avait annoncé le 19 mai le dépôt d’une plainte à Paris après les contaminations des chocolats Kinder. Elle en a déposé simultanément une autre contre le groupe Nestlé et sa gamme de pizzas Fraîch’Up, contaminées à la bactérie Escherichia coli.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Claude Michel, mardi 31 mai 2022, 10:54

    Comme d'habitude, la concurrence en fait des tonnes alors qu'aucune firme n'est à l'abri...

  • Posté par D. Frederic, lundi 30 mai 2022, 11:29

    Me disait aussi qu'on avait droit au matraquage publicitaire de leur nouvelle glace ronde histoire d'étouffer la chose plus rapidement (du moins chez les simplets qui vont encore acheter du ferrero)....et manger leur caca, c'est sans moi, quelle qu'en soit la forme. Boycott définitif pour ma part.

  • Posté par Hourdeau Chantal, samedi 28 mai 2022, 23:14

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Arlon En même temps, la situation d'Arlon n'est pas le sujet de l'article.

  • Posté par Corroy Pascal, samedi 28 mai 2022, 5:06

    Arlon ne serait pas en Gaume?

  • Posté par Claude Michel, mardi 31 mai 2022, 10:51

    Non, Arlon appartient justement à la région "Pays d'Arlon" qui borde la frontière luxembourgeoise et verticalement va de Habay-la-Neuve à Halanzy (voir aubange), au Nord, elle est limitée par la route Arlon-Florenville.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko