Accueil Société

Les faits de «revenge porn» ont explosé en cinq ans

Entre 2016 et 2020, le nombre de faits a été multiplié par six. Des réunions avec les sociétés de médias sociaux et des experts sont en cours pour faire face à ce phénomène, très destructeur pour les victimes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le phénomène du « revenge porn », soit la diffusion, sans son accord ou à son insu, d’un enregistrement visuel ou audio révélant la nudité ou l’intimité d’une personne, a explosé pendant le confinement. De quoi chercher à mieux contrer le phénomène : une réunion a été organisée la semaine dernière entre l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH), le cabinet du ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD) et les entreprises de médias sociaux « afin d’affiner la loi pour mettre plus rapidement hors ligne les images sexuelles non consensuelles », a exposé le ministre en commission Justice, juste avant que le brainstorming n’ait lieu. Il n’en dira pas plus : « Ces discussions battent leur plein et toutes les parties autour de la table s’accordent à dire que cette question doit être abordée », explique-t-il. « Mais il est trop tôt pour évoquer les différentes pistes. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par NICODEME CLAUDE, samedi 28 mai 2022, 12:30

    Il faut surtout lever tout anonymat possible via internet et rendre les gens responsables de leurs actes. Pour la plupart, les personnes qui font cela, ne sont pas des "hackers haut de gamme" mais de simples utilisateurs d'internet passant par un provider connu (Proximus, Voo, Telenet, ...) et donc dont d'office traçable avec une collaboration entre justice, providers et responsables du réseau social où le crime est commis. Et qu'on ne vienne plus me prétendre qu'avec Internet, il n'est pas possible de tracer: n'importe quel message part bien d'un et UNE SEULE machine physique et si une réponse doit y être donné, elle arrivera bien sur CETTE machine physique.. Ainsi si le message a pu suivre un chemin, on peut dire exactement lequel même s'il faut adapter quelques parties du protocol IP. C'est juste une question de décision.

  • Posté par VERDOODT Jean-marie, samedi 28 mai 2022, 9:58

    Quand la victime a donné un bâton pour éventuellement se faire battre (au figuré !!), faut-il s'étonner de la suite ?

  • Posté par Dubois Raymond, samedi 28 mai 2022, 13:30

    RESPECT de la vie privée - Personne n'a le droit de profiter de sa position ( mari - épouse - fiancé ...é amoureuse ... ) pour " diminuer " une personne que vous souhaiter punir - vexer - blesser -

  • Posté par NICODEME CLAUDE, samedi 28 mai 2022, 12:21

    Alors là ! Pour vous les victimes sont donc coupables ? Lisez le témoignage de la jeune femme: elle a été prise au piège et ce que ce soit avec 1 seule bière (+ médoc) ou 10 ou des piqûres comme on a pu découvrir récemment. Un autre exemple: vous êtes marié et avez quelques photos/vidéos dénudés (ce n'est pas mon cas mais bon, ce n'est pas anormal) Et ensuite le divorce et une des 2 parties profite de ce matériel pour l'utiliser en "revenge porn". Et des exemples pareils, il y en a des tas. Donc, SVP, réfléchissez avant d'accuser.

  • Posté par Lhermitte Jean-Yves , samedi 28 mai 2022, 9:43

    Ne pas filmer vos rapports sexuels, conseil du gouvernement.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs