Accueil Société

Transmission, contagiosité, symptômes...ce qu’il faut savoir sur la variole du singe après le neuvième cas belge

Au total, 19 pays où la maladie est inhabituelle, la plupart en Europe, ont rapporté au moins un cas confirmé, indique le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Un neuvième cas vient d’être confirmé en Belgique.

Temps de lecture: 4 min

Un neuvième cas de variole du singe a été confirmé au CHU Saint Pierre ce samedi, selon une information de la RTBF. Le nombre de cas confirmés de variole du singe dans le monde a atteint 219 lundi dernier hors des pays où la maladie est endémique, selon un bilan diffusé par l’agence de l’Union européenne chargée des maladies.

La variole du singe, dont plusieurs cas ont été détectés en Europe et en Amérique du Nord, est une maladie rare originaire d’Afrique dont on guérit en général spontanément. En l’état actuel des connaissances, la transmission interhumaine nécessite un contact étroit et prolongé entre deux personnes, et se fait principalement via la salive ou le pus des lésions cutanées formées au cours de l’infection.

Que risquent les personnes contaminées ?

L’infectiologue Charlotte Martin au CHU Saint-Pierre à Bruxelles, invitée sur La Première mardi dernier, a donné un éclairage sur la situation.

« Pour l’instant, l’immense majorité des cas sont bénins. Ils ont des symptômes de fièvre, de malaises, de douleurs musculaires, et une éruption cutanée caractéristique. Mais la maladie ne dégénère pas à ce stade, il n’y a pas de décès. Ensuite, c’est une maladie qu’on connaît quand même un petit peu. On sait qu’il y a deux formes de virus, et ici on est face au virus ouest-africain, donc la forme la moins dangereuse. Mais ce virus pourrait tout de même être plus sévère chez les personnes fragiles, c’est-à-dire les enfants, les immunodéprimés, les femmes enceintes et les personnes plus âgées. Or l’immense majorité des cas pour l’instant concerne des jeunes en bonne santé. La maladie reste cependant contagieuse et on ne veut pas qu’elle se répande, justement pour qu’elle n’atteigne pas cette population vulnérable. »

Quelle est la phase la plus contagieuse ?

« Lors de l’apparition des vésicules. Cette maladie se transmet par contact très proche et par frottement. On évite donc de se serrer la main après avoir touché ces vésicules. Elle se transmet également par des rapports sexuels. Certains ne se rendent pas forcément compte et ne voient pas une éruption de vésicules au niveau génital, ce qui permet une transmission de la maladie. »

Si l’on ne voit pas apparaître cette éruption cutanée, nous ne devons pas nous inquiéter ? Selon Charlotte Martin, la période d’incubation est de 5 à 21 jours. Donc si vous avez été en contact avec une personne contaminée, il faut être attentif pendant les 21 jours suivants. Elle ajoute que dès qu’une personne ne se sent pas bien et voit apparaître ces vésicules, elle doit aller consulter un médecin et rester à distance de toute autre personne. Il faut ici comprendre qu’il faut éviter tout contact proche, mais il n’est pas complètement interdit de sortir de chez soi, comme c’était le cas avec le coronavirus.

L’OMS ne voit pas de raison de s’alarmer

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande certaines mesures face à la propagation « inhabituelle » de la variole du singe, mais ne voit pas de raison de s’alarmer.

« Ce n’est pas une maladie dont le grand public doit se préoccuper. Ce n’est pas comme le Covid-19 », a souligné Sylvie Briand, directrice du département de préparation mondiale aux risques infectieux à l’OMS, lors d’une présentation destinée aux États membres de l’organisation à Genève (Suisse).

Les experts tentent de déterminer ce qui a provoqué cette « situation inhabituelle », et les résultats préliminaires ne montrent pas de variation ou de mutation du virus de la variole du singe, a indiqué Mme Briand.

L’OMS s’attend à ce que les cas de variole du singe, signalés dans plus d’une vingtaine de pays, continuent d’augmenter. « À l’heure actuelle, nous ne savons pas si nous ne voyons que le sommet de l’iceberg », a ajouté Mme Briand.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Lecocq Annie, samedi 28 mai 2022, 20:12

    @massacry: Vous en connaissez beaucoup dans votre entourage des gens atteint de cette maladie? Et non, je ne comprends pas l'utilité de ces vaccins. La preuve c'est que je suis toujours là en bonne santé sans les 3 doses précédentes.

  • Posté par massacry olivier, dimanche 29 mai 2022, 14:12

    Oui je sais Mr Raspe, j'essayais de lui faire comprendre l'utilité , aussi, pour les cas contacts, l'entourage de ces personnes infectées, mais voila, je comprends que la pauvre d'entourgage...

  • Posté par Raspe Eric, dimanche 29 mai 2022, 13:05

    En effet monsieur Massacry, cette personne est à la masse. Il ne lui vient pas à l'idée qu'une partie du personnel soignant est né après 1975, date à partir de laquelle, si ma mémoire est bonne, la variole humaine a été considérée comme éradiquée. A partir de cette date, la vaccination variolique n'a plus été administrée. Vacciner le personnel soignant évitera d'en accroître encore la pénurie . Peut être que pour comprendre lecocq devrait faire les frais de cette pénurie. En plus ce spécimen ne peut même pas utiliser l'argument ARN : le vaccin actuel est un vaccin de troisième génération basé sur le virus de la vaccine modifié.

  • Posté par massacry olivier, samedi 28 mai 2022, 20:22

    Oui, j'étais naïf, votre cas est désespéré.

  • Posté par Lecocq Annie, samedi 28 mai 2022, 16:17

    Pas de panique, les vaccins arrivent... un peu tard, car les vaccins c'est normalement avant la maladie ,pendant et après c'est trop tard. Et si on guérit spontanément, pas besoin de vaccins.

Plus de commentaires
Sur le même sujet (2)

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko