Accueil Guerre en Ukraine

Sanctions contre la Russie: le prix des carburants risque encore de grimper

L’embargo progressif sur le pétrole russe impose de trouver des sources d’approvisionnement alternatives, notamment pour le diesel. La reprise de la demande chinoise pourrait contribuer à gonfler encore davantage les prix.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Pas de panique sur les marchés pétroliers à l’annonce par le Conseil européen d’un accord sur un embargo progressif frappant les importations de pétrole russe : ce mardi en fin d’après-midi, à Londres et New York, le baril de Brent de la mer du Nord prenait « seulement » 1,36 % à 123,375 dollars et celui de West Texas Intermediate 0,30 % à 117,28 dollars. Comme souvent dans ces cas-là, l’accélération des discussions autour du sixième paquet de sanctions ces derniers jours avait déjà poussé les opérateurs à intégrer à l’avance dans les cours – qui ont grimpé de 10 % la semaine dernière – le risque de déséquilibre des échanges qu’entraîne la décision européenne. Il n’empêche, le brut grimpe à nouveau vers les sommets – le 7 mars dernier, le Brent avait culminé à 139,13 dollars, et le WTI à 130,50 dollars le baril, des niveaux plus vus depuis la crise financière de 2008 – et personne ne s’attend à voir une embellie à brève échéance.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

26 Commentaires

  • Posté par Retine Marc, mercredi 8 juin 2022, 14:00

    Le pétrole Russe à bon dos... cherchez les boursicoteurs et les paradis fiscaux. Ils se font des cou.... en OR.

  • Posté par Wathelet Michel, lundi 6 juin 2022, 15:06

    Je me demande à partir de quel prix des carburants, le monde du travail va s'arrêter.

  • Posté par Stoob Spyridon, vendredi 3 juin 2022, 20:25

    « Les marchés tablent en fait sur des bases communiquant etc etc ». Si on comprend bien on n’empêche la Russie de vendre son pétrole mais on espère que la vente a l’Inde ou la chine libérera d’autres cargaisons vers l’Europe. C’est pas comme cela que l’UE nous a vendu le sixième paquet. Il est sensé assécher les exportations russes pour mettre à mal son économie. La on nous dit qu’elle continue à vendre et nous on va acheter bien plus cher (logistique et transport) et donc impacter notre économie. Je ne comprends pas la logique.

  • Posté par Joute Dodo, mardi 7 juin 2022, 15:42

    Ne t'en prends qu'à toi! Tu es un troll russe, tu ne regardes, écoutes et lis que la propagande russe. Et, évidemment, impossible de comprendre la moindre logique, étant donné le nombre de mensonges russes que tu avales sans broncher, tous les jours. Autre chose: l'UE n'a vendu le 6ème paquet (et tous les autres venus ou à venir) à personne. Les décisions ont été prises. Point final.

  • Posté par STORDIAU Pierre, lundi 6 juin 2022, 0:10

    Suivi du point 2) Fake news : "si" ceci ou "si" cela; bla-bla-bla >>> le blocus économique asséchera l'économie russe pour ne pas financer leur guerre d'agression... mais il est impossible d'empêcher les "fuites" à g. ou à droite. Point barre. Et in fine ; le Troll utilisera aussi le point 3) Victimisation : "... on est des victimes pcq on va tout payer + cher" . Parfait triptyque des trolls . CQFD.

Plus de commentaires

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs