Accueil La Une Économie

Optima: histoire d’une banque qui a mal tourné

Perte de licence bancaire, comptes de clients bloqués. Les ambitions d’Optima, organisme flamand spécialisé dans la « planification financière », ont fait long feu. Non seulement dans la banque, mais aussi en tant que société de Bourse.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Les tribulations d’Optima, une société de planification financière gantoise, dans le monde de la banque auront donc fait long feu. Ce mercredi, la Banque nationale de Belgique (BNB), le gendarme du secteur, confirmait les informations dévoilées la veille : Optima va perdre son agrément bancaire, et les comptes de ses clients sont (provisoirement) bloqués.

Sans doute le communiqué du régulateur sauve-t-il les apparences, en précisant qu’Optima « renonce à son statut d’établissement de crédit et à ses ambitions de devenir une société de bourse ». Mais, dans le même temps, la BNB confirme non seulement avoir constaté « une série d’irrégularités dans la gestion » de la banque, mais aussi découvert des « indices d’éventuelles irrégularités pénales », ce qui l’a amené à transmettre un dossier au parquet de Gand.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs