Accueil Guerre en Ukraine

Pétrole russe: chercher des alternatives dans des pays autocratiques, n’est-ce pas incohérent?

L’Union européenne impose un embargo sur 90 % du pétrole russe qu’elle importe, sanctionnant un pays envahisseur accusé de crimes de guerre. Mais le club des pays producteurs ne réunit pas que des pays démocratiques pacifistes...

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Si l’on veut se passer du pétrole russe, il n’y a que deux leviers possibles : diminuer notre consommation ou trouver de nouveaux vendeurs. L’Union européenne a décidé d’imposer un embargo sur 90 % du pétrole russe qu’elle importe. Et les pays européens cherchent des alternatives.

Une des possibilités est donc d’aller frapper à la porte des rois de l’or noir. Parmi les quinze plus gros producteurs, on trouve les Etats-Unis et le Canada, des démocraties bien installées. Mais aussi la Chine, le Qatar, l’Arabie saoudite ou encore les Emirats arabes unis. Les ONG n’ont de cesse d’y dénoncer des violations des droits de l’homme ou des crimes de guerre. Les deux faces de cette même pièce sont-elles incohérentes ? Le Soir a posé la question à un représentant de Human Rights Watch (HRW) et à une chercheuse spécialiste des politiques énergétiques.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

45 Commentaires

  • Posté par DUHARD Jerome, samedi 4 juin 2022, 16:06

    Chercher "des alternatives" n'est pas français. "Alternatif" n'offre que deux possibilités, comme le courant du même nom. Il ne saurait y en avoir plusieurs. Mais bon, la langue française se perd...

  • Posté par Chalet Alain, dimanche 5 juin 2022, 11:29

    DUHARD Jerome, vous avez parfaitement raison. Mais c'est finalement l'usage qui finit toujours par avoir raison et est ensuite entériné par les académies et autres gardiens de la langue. L'usage incorrect que vous dénoncez du mot "alternative" est fortement présent depuis plus de 50 ans, tout comme celui, absurde, de "démarrer sur les chapeaux de roue" ou celui mal compris de "faire long feu". Les académies sont un peu comme les lois: elles codifient les moeurs existantes, sans prétendre les faire évoluer. Sauf exceptions souvent pleines de bonnes intentions...

  • Posté par Martin Roland, dimanche 5 juin 2022, 9:39

    Exactement ! C'est comme ces quelques valeurs faisant honneur à l'humanité mais qui disparaissent chez certains: empathie, courage, citoyenneté, reconnaissance ... Tout fout le camp, mon bon Monsieur ! Hein oui ? ;-)

  • Posté par Chalet Alain, samedi 4 juin 2022, 14:41

    Quels sont les Bisounours qui croient que le monde peut être pacifique et démocratique. Surtout si nous considérons qu'être "démocratique" veut dire aussi partager toutes les valeurs "universelles" (bien que très nouvelles) que nous voulons imposer à tout le monde, ce qui crée inévitablement des situations conflictuelles.

  • Posté par STORDIAU Pierre, mardi 7 juin 2022, 23:22

    Un Président a dit : "les pacifistes sont à l'ouest ... tandis que les missiles sont à l'est" ! Ce n'est pas l'ouest qui a décidé de la dissolution de l'Urss : elle a implosée de l'intérieur de par l'absurdité même de son système et entériné par un certain Gorbatchev. Pour certains russes (Poutine) "la plus grande catastrophe de l'histoire" ... tandis que pour la majorité des russes ... "une libération des Goulags et de la tyrannie des soviets" ! Nous on n'a strictement RIEN "imposé" à quiconque.

Plus de commentaires

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs