Accueil

«On crée un enseignement pour les riches, privatisé par les plateformes»

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 3 min

J’ai reçu plus de mails de Wirenotes que de l’université » témoigne Jeanne, étudiante en droit. « Quasi tous les jours », embraie son confrère, Félix. Selon eux, les méthodes de recrutement de la start-up se calquent clairement sur celles du démarchage commercial agressif. « Même en me désabonnant, j’ai continué à être sollicitée. » Ce qui, pour Elise Degrave, relève du « harcèlement pénal ». « Et comme les contenus déposés sont dans leur immense majorité illégaux, on peut qualifier la démarche d’incitation à la fraude. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs