Accueil Économie Consommation

Affaire Kinder: la réouverture de l’usine Ferrero d’Arlon est reportée

L’entreprise espérait pouvoir redémarrer l’usine d’Arlon le 13 juin, mais il apparaît qu’un « petit délai supplémentaire » est nécessaire.

Temps de lecture: 4 min

Le redémarrage de l’usine Ferrero d’Arlon, à l’arrêt depuis le 8 avril dernier et qui était espéré par l’entreprise pour le 13 juin, a été reporté de quelques jours. « Nous avons besoin d’un petit délai supplémentaire », reconnaît vendredi la direction, tandis que, de source syndicale, on évoque la dernière semaine de juin pour une relance des opérations.

Au mois d’avril, un lien avait été établi entre des personnes tombées malades après avoir consommé divers produits en chocolat Kinder et l’usine Ferrero d’Arlon. Selon le dernier décompte du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), 266 cas confirmés et 58 probables ont été détectés dans 13 pays. Rien qu’en Belgique, 62 cas de salmonellose sont liés à cette épidémie, avait communiqué à la mi-mai l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca).

L’entreprise avait été contrainte à la fermeture, le 8 avril dernier, après cet accident bactérien qui touche plusieurs œufs et friandises en chocolat Kinder. L’Afsca a rappelé la totalité des produits Kinder qui y sont fabriqués et a retiré à ce site son autorisation de production.

Début mai, on avait appris que l’Agence fédérale remettrait dans les 30 jours sa décision sur une reprise de la production après la présentation par la direction du site d’Arlon d’un plan de relance. Celui-ci prévoit des « interventions importantes » et « un protocole de sécurité renforcé » et est, depuis, examiné avec l’Afsca. Le feu vert éventuel – qui n’était pas attendu pour ce 3 juin mais bien ultérieurement, indique-t-on vendredi à l’Afsca – ne concernera cependant que la production et pas la commercialisation, et portera sur une durée de trois mois.

L’espoir d’une reprise le 13 juin balayé

L’usine Ferrero souhaitait redémarrer sa production le 13 juin. C’est la première date possible de reprise qui avait été évoquée il y a quelques semaines, explique sa direction. Il apparaît cependant qu’un « petit délai supplémentaire » est nécessaire, confie la porte-parole du site Laurence Evrard.

« Nous sommes toujours en train de travailler avec l’Afsca », explique-t-elle, évoquant un travail qui se fait de façon « constructive » et « en profondeur ». Le nettoyage des lignes de productions est encore en cours, tout comme la révision des protocoles. Il faudra ensuite remonter l’ensemble des lignes de production puis les faire tourner à vide, avant d’y injecter les matières premières. « Nous avons la volonté que tout soit parfait lorsqu’on redémarrera », assure la porte-parole.

« Ferrero a toutes les clés en main »

« Ferrero a toutes les clés en main », communique-t-on vendredi du côté de l’Afsca. L’entreprise « procède actuellement aux travaux nécessaires au redémarrage de l’usine. La priorité actuelle réside dans la qualité et la profondeur du travail effectué par Ferrero autour de ses processus d’auto-contrôle, de qualité et de production, et ce, en étroite collaboration avec l’Afsca ».

Du côté syndical, on confirme que la date du 13 juin n’est plus d’actualité. « Lors de notre dernière réunion avec la direction, il était question d’un redémarrage lors de la dernière semaine de juin », glisse ainsi Sylviane Arnould de la CSC Alimentation et Services. Elle s’inquiète de l’impact sur l’emploi qu’aura ce report alors qu’un maintien de la rémunération pour les travailleurs a été négocié jusqu’au 12 juin. La plupart d’entre eux sont actuellement actifs sur le site et impliqués dans les opérations de nettoyage. Mais certains, qui ne sont pas en mesure d’y participer, sont tout de même payés à rester chez eux, s’inquiète la responsable syndicale. Elle a également une pensée pour les travailleurs saisonniers, qui sont dans l’attente.

Selon le site internet de Ferrero, l’usine d’Arlon, ouverte en 1989, emploie 725 personnes, « un chiffre qui peut monter jusqu’à 1.100 en période de pointe saisonnière ».

Le parquet de Luxembourg a par ailleurs ouvert une enquête judiciaire contre Ferrero.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
Geeko Voir les articles de Geeko VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb