Accueil Le choix de la rédaction

Le ministre Vandenbroucke propose de réorganiser en profondeur la médecine générale

Société, patients, médecins… tout a changé en 20 ans. Un nouveau paradigme est nécessaire pour la médecine générale. Le ministre Frank Vandenbroucke s’y attelle. Et bouscule les codes.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 2 min

Soins de santé primaires submergés, pénuries localisées de généralistes, intensification de la charge administrative… Le tout dopé par une crise qui n’est d’ailleurs pas tout à fait terminée. Ces constats, répétés cent fois, sont confirmés par le ministre Frank Vandenbroucke (SP.A) en charge des compétences « santé » pour le gouvernement fédéral. Vingt ans après un premier train de mesures (encouragement des pratiques médicales de groupe, soutien scientifique…). « Pourtant », explique Frank Vandenbroucke, « la société d’aujourd’hui n’est plus celle d’il y a 20 ans. Les soins de santé d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’il y a 20 ans. Le patient d’aujourd’hui n’est plus le patient d’il y a 20 ans. Le médecin généraliste d’aujourd’hui n’est plus celui d’il y a 20 ans. Un nouveau changement de paradigme est nécessaire. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 20 juin 2022, 11:42

    La nouvelle devise de la Belgique n'est plus "l'union fait la force"; mais cela devient "toujours moins cher, toujours moins bien"!!

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 20 juin 2022, 7:22

    La gratuité n'existe pas. Il y a toujours quelqu'un qui paie. Est ce que les médecins ou la population lui ont demandé la création "d'assistants de pratique "? NON. Au Canada ce genre de nouveautés existent parce qu'il y a une crise majeure dans les soins de santé. La gratuité aux dépens de la qualité n'est pas une bonne idée.

  • Posté par Duvivier Véronique, dimanche 19 juin 2022, 18:48

    Déléguer au pharmacien... Perso je trouve cela dangereux. Ils ne sont pas médecins...OK pour vérifier les (in)compatibilités de médicaments mais pour le reste n'oublions pas que ce sont des commerçants. En outre il n'y a là aucune confidentialité possible vu qu'on est dans le même espace que d'autres clients.

  • Posté par Chalet Alain, dimanche 19 juin 2022, 13:36

    La technique, l'informatique... c'est magnifique. Le problème, c'est que les applications sont développées par des scribouilleurs de code et que personne n'a pensé dès le départ à faire en sorte qu'elles soient fiables, utiles et facile à utiliser. Le simple exemple des prescriptions électroniques est édifiant: la "facilité" qui en résulte pour les débiles ne permet même plus aux autres de savoir ce qui leur a été prescrit et d'y déceler les erreurs, inévitables et fréquentes.

  • Posté par Chalet Alain, dimanche 19 juin 2022, 13:28

    Pour remplacer un ancien généraliste, il faut 1,5 nouveau. Cela en dit long sur le délabrement de notre société.

Plus de commentaires

Aussi en Le choix de la rédaction

Tzatziki, le yaourt au concombre rafraîchissant

Parmi les spécialités grecques dont on se délecte en été, le tzatziki occupe une place de choix. Ce yaourt agrémenté de concombre et de menthe est apprécié pour sa fraîcheur. Il se déguste généralement à l’apéritif ou en entrée.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs