Accueil Belgique Politique

Le carnet du samedi: «Maudit train»

La Belgique est un flacon d’huile et d’eau. Pas de mélange possible.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

La commère d’Anvers aime se répéter. Ses « éléments de langage » ne sont pas nombreux. Ce sont quelques petits clous, tout simples, que Bart De Wever tapote, tapote, tapote, pour bien les enfoncer dans le crâne de ses électeurs.

Il serine ainsi que le pays rassemble « deux démocraties » qui n’ont plus rien à se dire – on nous a resservi le couplet pendant la grève des trains. La commère n’invente rien de neuf. La Belgique est coupée en deux depuis son premier lange. Ce sont deux pièces voisines, imperméables, qui ne se sont pas donné l’occasion de faire une.

Aurait pu, notez.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs