Accueil Société

Coronavirus: un tiers des patients hospitalisés présentent des malformations cardiaques au bout d’un an

Selon les recherches d’une cardiologue de l’UZ Brussel, un tiers des patients covid hospitalisés développent une lésion cardiaque après un an.

Temps de lecture: 2 min

La recherche de la cardiologue Maria Luiza Luchian (UZ Brussel) a montré qu’un dépistage approfondi des patients hospitalisés pour cause de covid permet une meilleure évaluation du risque à long terme de maladies cardiovasculaires. Un tiers des patients covid hospitalisés développent même une lésion cardiaque après un an.

Pendant la première vague de coronavirus, le Dr Luchian a suivi 310 patients fort infectés, avec des contrôles supplémentaires six et douze mois après leur sortie de l’UZ Brussel. Elle a également évalué la présence de la protéine troponine cardiaque et de calcium dans les artères coronaires des patients covid afin de déterminer dans quelle mesure ils peuvent servir à prédire les maladies cardiaques et la mortalité.

L’impact a maintenant été clairement démontré. Au bout d’un an, elle a constaté des niveaux anormaux de troponine cardiaque, une protéine principalement présente dans le cœur, chez un tiers des patients. Les changements dans l’évolution de cette protéine peuvent indiquer diverses complications aiguës telles que la myocardite, l’infarctus ou l’arythmie cardiaque.

« Des changements subtils »

Un scanner de la poitrine et une échographie approfondie du cœur ont permis de faire les constatations suivantes : « Nous avons observé des changements subtils dans le muscle cardiaque qui peuvent être liés à la persistance des symptômes, même chez les patients sans antécédents de maladie pulmonaire ou cardiaque. Une analyse plus approfondie, utilisant une nouvelle technique appelée « travail du myocarde », a montré que la fonction de pompe cardiaque était légèrement altérée chez ces patients », explique le Dr Luchian.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Ernotte Sébastien, jeudi 23 juin 2022, 11:31

    Statut vaccinal de ces patients atteints de problèmes cardiaques ? La réponse est probablement dans la question...

  • Posté par massacry olivier, jeudi 23 juin 2022, 18:00

    Mais oui Tête-de-linotte, mais oui continue donc ta propagande antivax, mais voila les faits sont tout autres, ce putain de virus multiplie les séquelles, notemment cardiaques. <Long COVID après une infection percée par le SRAS-CoV-2> ( https://www.nature.com/articles/s41591-022-01840-0): <. À 6 mois après l'infection, nous montrons qu'au-delà des 30 premiers jours de maladie, par rapport aux témoins contemporains, les personnes atteintes de BTI présentaient un risque de décès plus élevé (risque relatif (HR) = 1,75, intervalle de confiance (IC) à 95 % : 1,59 , 1,93) et les séquelles post-aiguës incidentes (HR = 1,50, IC 95 % : 1,46, 1,54), y compris les troubles cardiovasculaires, de la coagulation et hématologiques, gastro-intestinaux, rénaux, de santé mentale, métaboliques, musculo-squelettiques et neurologiques. Les résultats étaient cohérents dans les comparaisons avec les témoins historiques et vaccinés. Par rapport aux personnes infectées par le SRAS-CoV-2 qui n'ont pas été vaccinées auparavant ( n = 113 474), les personnes atteintes de BTI présentaient des risques de décès (HR = 0,66, IC à 95 % : 0,58, 0,74) et de séquelles post-aiguës plus faibles (HR = 0,85, IC à 95 % : 0,82, 0,89).> relis bien cette dernier partie. <Myopéricardite après vaccination COVID-19 et vaccination non-COVID-19 : une revue systématique et une méta-analyse> (https://www.thelancet.com/journals/lanres/article/PIIS2213-2600(22)00059-5/fulltext#seccestitle140): < Le risque global de myopéricardite après avoir reçu un vaccin COVID-19 est faible.>, le covid en provoque plus. Cela est démontré dans cette étude: < Résultats cardiovasculaires à long terme de COVID-19>(https://www.nature.com/articles/s41591-022-01689-3#Sec2) : <Dans cette étude portant sur 153 760 personnes atteintes de COVID-19, 5 637 647 témoins contemporains et 5 859 411 témoins historiques - qui, au total, correspondent à 12 095 836 années-personnes de suivi - nous apportons la preuve qu'au-delà des 30 premiers jours d'infection, les personnes atteintes de COVID -19 présentaient des risques accrus et des charges sur 12 mois de maladies cardiovasculaires incidentes, notamment des troubles cérébrovasculaires, des dysrythmies, des cardiopathies inflammatoires, des cardiopathies ischémiques, des insuffisances cardiaques, des maladies thromboemboliques et d'autres troubles cardiaques. Les risques étaient évidents quels que soient l'âge, la race, le sexe et d'autres facteurs de risque cardiovasculaire, notamment l'obésité, l'hypertension, le diabète, les maladies rénales chroniques et l'hyperlipidémie ; ils étaient également évidents chez les personnes sans aucune maladie cardiovasculaire avant l'exposition au COVID-19, fournissant des preuves que ces risques pourraient se manifester même chez les personnes à faible risque de maladie cardiovasculaire. > <. En raison de la nature chronique de ces affections, elles auront probablement des conséquences durables pour les patients et les systèmes de santé et auront également de vastes implications sur la productivité économique et l'espérance de vie. Relever les défis posés par Long COVID nécessitera une stratégie de réponse mondiale à long terme indispensable, mais jusqu'à présent manquante, urgente et coordonnée ils auront probablement des conséquences durables pour les patients et les systèmes de santé et auront également de vastes implications sur la productivité économique et l'espérance de vie>

  • Posté par Lefèvre Philippe, jeudi 23 juin 2022, 14:32

    S ils suffisait d être vacciné pour éviter le covid, cela se saurait. Personnellement j ai eu le covid avec de l arythmie malgré une vaccination complète.

  • Posté par Heneffe Jean-marie , jeudi 23 juin 2022, 12:08

    PENDANT LA PREMIERE VAGUE, le Dr Luchian a suivi 310 patients fort infectés… Le taux de vaccinés était donc de ZERO pour cent ! J'espère qu'enfin vous en tirerez vous-même les conclusions qui s'imposent à nous, très loin de vos thèses.

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko