Accueil Belgique

La féminisation: «User de mots non partagés, c’est cela fragmenter la société»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Vous avez rencontré une certaine résistance au changement parmi certains lecteurs, à tout le moins au début. Ne diriez-vous pas malgré tout qu’il y a aujourd’hui davantage de tolérance, si l’on se réfère aux années 90 et à l’avènement de la nouvelle orthographe ?

Michel Francard : Je n’ai jamais caché que cette réforme de l’orthographe était trop « réformette » pour être convaincante à mes yeux. Mais elle a eu le mérite de montrer que l’on pouvait toucher à l’orthographe et, de ce fait, elle a eu une influence importante – et positive – sur les mentalités. Il faut quand même constater qu’il arrive régulièrement, lorsqu’un manuel l’affiche ouvertement, qu’on oublie que la nouvelle orthographe est en vigueur depuis 1990.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs