Accueil Opinions Chroniques Vous avez de ces mots

«Vous avez de ces mots»: porreau ou poireau? Michel Francard a cultivé notre jardin français

Le 9 janvier 2016, Michel Francard avait écrit sa première chronique sur la distinction entre « débuter » et « commencer ». Aujourd’hui, il clôt, ou clôture, son dernier texte. Loin des normes et des diktats, le linguiste nous a révélé l’extraordinaire agilité du français.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Michel Francard signe aujourd’hui sa dernière chronique « Vous avez de ces mots ». C’est une de ses élèves, devenue professeure de linguistique, Anne Catherine Simon (UCLouvain), qui reprendra dès la rentrée la tâche ardue d’expliquer le français, son évolution et sa beauté, mais aussi ses chausse-trappes et ses élucubrations.

En six ans et demi, le professeur émérite de linguistique de l’UCLouvain a signé 338 chroniques, en se gardant bien d’imprimer une vision prescriptiviste de la langue. Les lecteurs qui avaient apprécié par le passé les billets de Cléante n’ont pas mis longtemps avant de percevoir un changement de perspective. Car le linguiste s’est attaqué à une montagne : tenter de convaincre qu’il n’y a pas un seul français écrit et parlé, mais que le champ des possibles est bien plus large qu’on ne peut le penser.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Coets Jean-jacques, dimanche 26 juin 2022, 17:37

    J'attendais toujours avec grande impatience le vendredi pour pouvoir savourer les rubriques de Michel Francard. Comme professeur de français et anglais (langues étrangères), je me suis tout de suite senti sur la même longueur d'onde que lui dans son approche plus descriptive que prescriptive. Sa retenue et sa distance par rapport aux soi-disant abus de langage et aux condamnations de l'Académie m'ont toujours semblé rationnels, sensés, frappés du bon sens, aimerais-je dire. Finalement, je ne peux que le rejoindre sur le point essentiel, le cœur de toutes ses rubriques et de son discours, le français appartient à tous ses locuteurs et n'est pas le monopole de l'Académie, ou de certains sites Web trop enclins à fustiger et condamner au nom de règles inventées de toutes pièces. Merci donc pour cette superbe ballade au sein de notre merveilleuse langue, merci pour toutes ces belles choses que vous avez eues à cœur de partager avec nous, merci pour votre gentille insolence, merci pour votre saine impertinence, et merci pour avoir essayer de nous rendre plus tolérants et plus modestes dans notre approche du français.

  • Posté par Michel Francard, mardi 28 juin 2022, 14:41

    Vif merci, Monsieur Coets, pour ce commentaire et pour tous les précédents qui ont constitué des compléments pertinents, parfois même indispensables, à mes billets. Bonne continuation dans vos activités d’enseignement qui nourrissent si bien votre perception des langues. Cordialement vôtre.

  • Posté par Coets Jean-jacques, dimanche 26 juin 2022, 17:41

    PS. "par mail" n'est ni français ni anglais, c'est dommage. Pourquoi refuser "par courriel" ou"par email" ? "Mail" en anglais, c'est uniquement le papier et c'est indénombrable. Donc, par "mail" signifierait "par courrier". Quitte à utiliser l'anglais en français, autant le faire correctement, non ?

  • Posté par Usual Suspect, samedi 25 juin 2022, 9:37

    La différence entre "poireau" et "porreau" est simple : le poireau est un légume tandis que le porreau désigne des gros cons comme Trump, Boris Johnson, Bolsonaro et compagnie.

Aussi en Vous avez de ces mots...

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs