Accueil Économie Emploi

La pénurie d’ingénieurs se décline davantage encore au féminin

Perle rare sur le marché de l’emploi, l’ingénieur l’est encore davantage au féminin. La « Journée internationale des femmes ingénieurs » est l’occasion de pointer les défis à relever pour attirer davantage de candidates dans la filière, et dans les entreprises.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Le 23 juin était la date de la «  Journée internationale des femmes ingénieurs  ». Un thème qui trouve toute sa pertinence dès lors qu’on sait que la valorisation des femmes dans les professions faisant appel aux sciences de l’ingénieur est devenue stratégique pour nombre d’entreprises. Ces sciences, confrontées à la pénurie globale de talents, davantage encore à celle des profils techniques et bien davantage encore à celle des ingénieurs, tentent de longue date d’attirer dans ces filières un public féminin. La question sous-jacente étant : comment augmenter la représentation des femmes dans ces filières, mais aussi dans ces fonctions, où elles demeurent très minoritaires ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Vanloo , samedi 25 juin 2022, 21:46

    Par contre des avocates et des juristes 15 à la douzaine

  • Posté par Chalet Alain, samedi 25 juin 2022, 19:13

    L'égalité homme-femme, c'est, entre autres, d'offrir (là où c'est possible...) les mêmes possibilités aux hommes et aux femmes, mais ce n'est pas cette vision stupide qui consiste à imposer que ce soit partout un nombre égal d'hommes et de femmes qui fassent les mêmes choix. Car oui, hommes et femmes sont différents. Ce qui n'empêche pas qu'ils soient égaux, non pas point par point, mais globalement en valeur au sein de notre société. Exemple: un homme enfante moins bien qu'une femme et on n'impose donc pas qu'il y ait un nombre égal d'hommes et de femmes qui enfantent. C'est absurde? pas tellement, car c'est en les poussant un peu vers l'extrême qu'on voit le mieux l'absurdité des théories égalitaires simplistes. Mais une de mes filles est ingénieur (sans "e") et est très contente de son choix et de son travail aux 4 coins du monde.

  • Posté par ADAM Jean-Victor, samedi 25 juin 2022, 16:36

    Ma fille a dit: "Maman, jamais ingénieur pour être envoyée de l'autre côté de la terre comme un simple produit". Et elle sera médecin généraliste dans son quartier dans un an. C'est son choix...

  • Posté par NICODEME CLAUDE, samedi 25 juin 2022, 16:33

    Mais quel cliché !!! Mme Tunali dit: "... dans la société, on pense encore trop souvent, à tort, que les garçons sont meilleurs en maths et en pensée logique...Les écoles ne font pas assez d’efforts pour dissiper ces idées fausses". Mais enfin Madame est-ce qu'on empêche une seule fille de passer l'examen d'entrée polytech ? Non! c'est un choix des intéressées elles-mêmes. Et va-t-on dire que les écoles sont responsables des +/- 80% de personnel féminin dans les servives RH ? Non plus et pourtant c'est le cas. Et ne dit-on pas qu'il faut + de femmes dans les Conseils d'administration afin de ré-équilibrer la balance entre l'économique-financier et le bien-être humain ? Mais dans ce sens-là, ce genre de répliques sont acceptées. Arrêtons tout de même.

  • Posté par dams jean-marie, samedi 25 juin 2022, 8:42

    Nos décideurs la plupart "licenciés ou docteurs en droit" sont l'incarnation de l'anti ingénieur , scientifique ! Leur cursus scolaire étant le bas de gamme des études universitaires , ils font le droit quand ils ont tout échoué dans les autres disciplines. Ces mêmes gugusses sont donc majoritairement incompétents à la gestion d'un pays et inévitablement à l'éducation nationale !! Plus de devoirs, de leçons, de redoublement , les enfants ne savent plus lire ni écrire car leurs profs eux mêmes ont perdu ces compétences depuis 40 ans.

Plus de commentaires

Aussi en Emploi

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs