Accueil Monde Europe

Un ministre allemand tire la sonnette d’alarme: «Nous courons à la pénurie de gaz»

Le risque d’une pénurie de gaz cet hiver se précise depuis que l’énergéticien russe Gazprom a drastiquement baissé ses livraisons via le gazoduc Nord Stream dont l’Allemagne est particulièrement dépendante.

Temps de lecture: 3 min

L’Allemagne court à la pénurie de gaz et devra faire des « choix de société très difficiles » pour les ménages et les entreprises si les livraisons russes diminuent encore, a prévenu vendredi le ministre de l’Economie Robert Habeck.

« Il faudrait fermer certains secteurs industriels (…) Tous les processus d’économie de marché seraient alors suspendus. Pour certains secteurs, ce serait catastrophique. Nous ne parlons pas de deux jours ou de deux semaines, mais d’une longue période. Nous parlons ici de personnes qui seraient au chômage, de régions qui perdraient des complexes industriels entiers », a-t-il détaillé dans une interview au grand hebdomadaire Der Spiegel.

Le risque d’une pénurie de gaz cet hiver se précise depuis que l’énergéticien russe Gazprom a drastiquement baissé ses livraisons via le gazoduc Nord Stream dont l’Allemagne est particulièrement dépendante. Berlin craint que la Russie ne coupe totalement cette voie d’approvisionnement. « Nous sommes déjà dans une situation où l’Allemagne n’a jamais été. Rien que si les livraisons de gaz russe restent aussi faibles qu’elles le sont actuellement, nous courons à la pénurie de gaz », a mis en garde le ministre et vice-chancelier, ajoutant : « Ce sera de toute façon juste cet hiver. »

L’Allemagne tente de compenser le tarissement par des achats auprès d’autres producteurs et le développement accéléré d’infrastructures pour l’importation de gaz naturel liquéfié. Le pays va aussi temporairement augmenter le recours au charbon et le gouvernement exhorte les 41 millions de ménages aux économies d’énergie. Si cela ne suffit pas, « nous devrons faire des choix de société très difficiles », a expliqué le ministre.

Une pénurie « dès mi-décembre »

En cas de rationnement de gaz, la réglementation européenne donne priorité aux ménages sur les entreprises, mais « cette réglementation a été conçue pour les interruptions de livraisons à court terme, et non à long terme », souligne le ministre. Dépendant à 35 % des importations de gaz russe pour sa consommation, et notamment les besoins de l’industrie, la première économie européenne accuse la Russie de mener une stratégie délibérée de réduction des flux vers l’Europe pour déstabiliser le marché énergétique.

Depuis la semaine dernière, les livraisons via Nord Stream sont en baisse de 60 %, Gazprom arguant d’un problème technique. L’Allemagne appréhende d’autant plus la maintenance régulière dont Nord Stream doit faire l’objet à partir du 11 juillet, stoppant tout flux pendant une dizaine de jours.

Selon les scénarios de l’Agence fédérale des réseaux, la pénurie de gaz interviendrait dès « mi-décembre » en cas d’arrêt total des livraisons russes. Le Kremlin a affirmé jeudi que les flux augmenteront à nouveau dès que les turbines manquantes pour le gazoduc seront livrées.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Lecocq Jean-Louis, vendredi 24 juin 2022, 16:26

    Les allemands n’avaient qu’à pas céder aux diktats des verts sur le nucléaire. Maintenant ils le paient très cher et l’Europe avec eux.

  • Posté par Esser Olivier, vendredi 24 juin 2022, 15:48

    C'est les écolos qui vont être contents. Plus de consommation d'énergie fossile. Et en plus la décroissance. Leur rêve...

  • Posté par Fuld Daniel, vendredi 24 juin 2022, 15:42

    Nous allons apprendre le prix de nos libertés. Trop longtemps, nous avons refusé d'admettre la vérité : nous pactisions avec nos ennemis. Nous en payons aujourd'hui les conséquences. Mais veillons à ne pas recommencer avec d'autres. En attendant, soyons solidaires au niveau européen.

  • Posté par Martin Roland, samedi 25 juin 2022, 9:27

    100 p.c. d'accord avec vous ! La candeur de nos dirigeants envers le gangster du Kremlin m'a toujours sidéré !

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une