Accueil Société

Diane Bernard de Fem & Law : «A la moindre crise, les droits des femmes peuvent être remis en question»

La philosophe et juriste Diane Bernard rappelle que la question du corps des femmes reste un enjeu politique majeur, partout dans le monde.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 4 min

Aux États-Unis, les femmes sont désormais privées de leur droit de contrôler leur propre corps. Et cela nous concerne toutes et tous : le droit à l’avortement est fragile. La décision de la Cour suprême américaine annulant la jurisprudence Roe vs Wade est le premier retour de bâton en matière de droits des femmes, alors qu’en Belgique aussi la loi de 2018 reste limitée, comme l’analyse Diane Bernard, membre de l’association Fem & Law et professeure à l’université Saint-Louis.

La décision avait été annoncée par une fuite de documents en mai, mais nous sommes malgré tout stupéfaits aujourd’hui.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Wathelet Michel, samedi 25 juin 2022, 21:14

    Dans le texte; On voit aussi comment la justice est un instrument au service de certains intérêts politiques, religieux ou moraux… C'est cela la clé du problème.

  • Posté par Naeije Robert, samedi 25 juin 2022, 14:59

    "Aux États-Unis, les femmes sont désormais privées de leur droit de contrôler leur propre corps" Faux. On en discutera des limites, inévitables en société, en élaborant des lois dont on demandera ensuite aux juges d'en vérifier la constitutionalité. Pas l'inverse. Et si les textes constitutionnels sont absents, ou manquent de clarté, on votera ensuite les changement de constitution qui paraissent nécessaires. C'est comme cela la démocratie. Les femmes militantes n'ont pas raison d'invoquer une république des juges quand elles craignent qu'un vote démocratique leur soit défavorable. On ne l'a pas fait en Belgique, à juste titre.

  • Posté par Naeije Robert, mardi 28 juin 2022, 18:41

    M Mauer. Parce que une loi votee democratiquement est preferable a un arret rendu par des juges non elus.

  • Posté par Mauer Marc, mardi 28 juin 2022, 11:36

    A juste titre pourquoi ? De base, voilà exactement le genre de problème pour lequel la population a une opinion claire, et les systèmes politiques et judiciaires se noient dans des considérations qu’il conviendrait de balayer ! Tout simplement au bénéfice d’une justice saine, simple et claire !

  • Posté par d dsti, lundi 27 juin 2022, 11:23

    Vous avez raison <; <ce que la Cour constitutionnelle vient seulement de rappeler c'est que la législation sur l'avortement se situe au niveau des Etats et ne fait pas partie de la Constitution et donc ne doit pas être traitée au niveau fédéral, de même par exemple que la législation concernant la condamnation à mort.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs