Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: explosions à Kiev, combats dans l’est… la situation sur le terrain au 123e jour

Quatre missiles ont atteint dimanche matin un quartier d’habitation proche du centre de Kiev, alors que les Russes continuent leur progression dans l’est du pays.

Temps de lecture: 3 min

Kiev a été dimanche la cible de missiles russes pour la première fois depuis des semaines, tandis que des combats acharnés se poursuivaient dans l’est de l’Ukraine et que les dirigeants des pays du G7 se réunissaient en Bavière, avec au menu de nouvelles sanctions contre la Russie.

La guerre à Kiev

Quatre missiles ont atteint dimanche matin un quartier d’habitation proche du centre de Kiev, selon des journalistes de l’AFP. Une personne a été retrouvée morte et quatre autres ont dû être hospitalisées, selon le maire de la capitale ukrainienne, Vitaly Klitschko.

« Un corps a été retrouvé, six habitants ont été blessés dont quatre ont été hospitalisés parmi lesquels une fille de sept ans », a-t-il déclaré, sans donner de détails sur la personne qui a péri. Quatre explosions ont été entendues vers 6h30, heure locale. Il s’agit d’« intimider les Ukrainiens (…) à l’approche du sommet de l’Otan », une organisation honnie par la Russie, a-t-il poursuivi, quelques jours avant le sommet de l’Alliance atlantique, du 28 au 30 juin à Madrid.

« Aujourd’hui, des civils à Kiev sont attaqués pendant que le G7 se réunit. (La Russie) comprend qu’il n’y a pas d’armes qui puissent nous faire peur, elle veut que le monde entier ait peur. Avoir peur ou agir maintenant. Le choix vous appartient ! », a pour sa part tweeté le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov.

L’usine d’armement Artiom, « en tant qu’infrastructure militaire, était la cible », a pour sa part assuré le ministère russe de la Défense, affirmant que les dégâts sur un immeuble voisin étaient dus à un missile de la défense antiaérienne.

« Un missile a été abattu par la défense antiaérienne dans la région de Kiev, les débris sont tombés sur un village », a dit de son côté le gouverneur de la région de Kiev, Oleksiï Kouleba.

Progressions russes dans l’est

Les forces russes se sont totalement emparées de la ville stratégique de Severodonetsk et ont pénétré dans celle voisine de Lyssytchansk, une étape importante vers la conquête de l’intégralité du bassin minier du Donbass.

« Pour autant, ce n’est qu’un des défis que la Russie devra relever pour occuper l’ensemble de la région », estime le ministère britannique de la Défense, qui souligne la volonté russe d’« avancer sur le centre majeur de Kramatorsk et de sécuriser les voies d’approvisionnement » de la ville de Donetsk.

Les militaires russes ont aussi progressé à l’est de la ville de Bakhmout et poursuivi leurs offensives vers le sud-est d’Izioum, en direction de Sloviansk, selon l’ISW.

L’or russe, prochaine cible des sanctions

Les grandes puissances du G7, qui cherchent à intensifier la pression sur Moscou après quatre mois de guerre en Ukraine, ont annoncé au premier jour de leur sommet leur intention de bannir les importations d’or russe, coupées du crucial marché londonien.

« Ensemble, le G7 va annoncer que nous allons interdire l’or russe, une source majeure d’exportations, ce qui privera la Russie de milliards de dollars », a tweeté le président américain Joe Biden, qui retrouvait en Bavière ses homologues de France, du Royaume-Uni, d’Allemagne, d’Italie, du Canada et du Japon, alors qu’apparaît le risque d’une forme de fatigue dans le soutien apporté à Kiev.

Vladimir Poutine espérait que, « d’une manière ou d’une autre, l’Otan et le G7 se divisent. Mais nous ne l’avons pas fait et nous ne le ferons pas », a assuré M. Biden.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a mis en garde le président français Emmanuel Macron contre la tentation d’une solution négociée « maintenant » au risque de prolonger « l’instabilité mondiale », selon Downing Street. Les deux dirigeants « ont convenu (…) qu’il était possible de renverser le cours de la guerre ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Van Obberghen Paul, lundi 27 juin 2022, 1:43

    Il ne faut pas se faire d'illusion, la Russie de Poutine est en train de gagner cette guerre. Poutine est en train de gagner cette guerre parce que nous ne sommes pas assez déterminés pour l'en empécher. Lui l'est. L'Ukraine est "sacrifiable" (expendable). L'Union Européenne et les Etats-Unis ne sont pas assez déterminés pour la sauver au dépend de leurs économies. Quelques armes et munitions suffisent à apaiser les consciences. C'est ici que Staquet trépigne de bonheur. Et il a bien raison. Nous nous laissons gagner par son entreprise de subversion, et celle de ses semblables. Nos démocraties ne sont pas, plus, à la hauteur. Les tyranies sont plus fortes. Fortes, entre autres, des myriades de Staquets qui fourmillent dans nos médias plus ou moins sociaux et qui sapent notre détermination à défendre la démocratie. Il faut bien reconnaître que, pour le moment, tous les Staquet de ce monde crétin sont en passe de nous vaincre. Les tyranies à la Poutine n'ont pas besoin de demander à leur peuple ce qu'il pense de ce qu'elles font. La démocratie décline et meurt parce qu'au fond, tout le monde s'en fout. La démocratie, c'est du boulot. C'est une oeuvre en cours d'exécution, en permanence. Elle demande concentration, dévouement, intelligence, éducation, autant de choses dont plus personne, ou si peu, ne dispose ou ne souhaite consacrer de son temps. La tyranie est bien plus confortable, au moins pour ceux qui sont dans le cadre. Pour les autres, évidemment, c'est pas de bol! Et elle en a les moyens. Une armée de Staquet dévoués son service. Bravo à tous les Staquet d'ici bas. Vous l'emportez. En tous cas, c'est bien en route... Nous sommes tellement paresseux.

  • Posté par STORDIAU Pierre, lundi 27 juin 2022, 19:22

    Allons; allons : rien n'est encore joué. La Russie s'épuise aussi et il est totalement impossible qu'elle puisse conquérir un si grand pays.

  • Posté par J.-M. Tameyre, lundi 27 juin 2022, 6:23

    Globalement d'accord avec vous. Il aurait fallu investir davantage en matière d'éducation, sans compromis. L'enseignement classique (latin, sport, effort, histoire, excellence) existe encore, coûte très cher et n'est accessible qu'aux élites. Le reste, franchement c'est du brol. La télévision et le consumérisme sont les nouvelles religions qui permettent aux gens dont la vie est vide de s'oublier eux-mêmes. Et nous avons pris conscience beaucoup trop tard des ravages absolus des réseaux sociaux, et de leur sape, sur nos sociétés. Paradoxalement, nous aurions dû les interdire, comme le font les dictatures, pour sauver nos démocraties. Le drame de cette guerre, c'est que plus aucun chef d'état N'OSE ! Il sont terrifiés à l'idée d'être laminés par une mauvaise décision, un mauvais sondage. Poutler a osé, il est en moins bonne posture que vous ne croyez mais ses atouts restent son contrôle sur les 3 piliers (éducation, télévision, consumérisme) que nous avons abandonnés à la facilité et à la paresse. Au prix demain de notre liberté et ou de notre asservissement.

  • Posté par Besseling Richard, dimanche 26 juin 2022, 22:13

    Un dépôt civil de missiles a été découvert à l'appartement No 45 étage 6 très bon travail de Putina dit Vlad la sangsue

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une