Accueil Sports Cyclisme Route

Tim Merlier, dangereux récidiviste qui sera pourtant privé de Tour

Son premier sacre tricolore, il y a 3 ans à Gand, en avait surpris plus d’un. Le second, conquis à Middelkerke au bout d’un sprint ébouriffant, confirme le changement de format d’un coureur devenu l’un des meilleurs finisseurs de la planète.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Tim Merlier a donc succédé à Wout van Aert (absent pour blessure), le Flandrien (29 ans) a profité du parcours plat comme la main – dessiné par Johan Museeuw - pour faire parler la poudre. Allumer une mèche que personne n’a pu éteindre, sous le soleil caressant la côte belge.

Ce succès, le 22e d’une carrière sur route ouverte tardivement, le compagnon de Cameron Vandenbroucke le doit à ses qualités intrinsèques, cette « giclette » dans les derniers décamètres, plus qu’à une préparation spécifique ou à une stratégie d’équipe. La première avait été réduite à sa plus simple expression (9 jours de course et le seul Tour de Slovénie comme répétition) après une blessure au coude qui l’avait tenu écarté de la compétition pendant deux mois, après Paris-Roubaix. Quant à la tactique de son team Alpecin-Fenix, elle avait clairement été établie en fonction de son « meilleur ennemi » Jasper Philipsen, promu tête de gondole de l’équipe belge.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Route

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs