Accueil Société Enseignement

Pour soutenir les étudiants, il y a bien plus que les bourses

Au-delà des classiques bourses et revenus d’intégration, les étudiants peuvent bénéficier de tous types de soutien : accompagnement, aides matérielles et coups de pouce financiers. Un site web les répertorie.

Chef du service Société Temps de lecture: 3 min

En Belgique, le nombre d’étudiants dépendant d’un CPAS a presque triplé en 15 ans. Ils étaient 8.913 en janvier 2007 pour 25.507 en décembre 2021. Ça, c’est la face cachée de l’iceberg car sous la surface se cache le phénomène du « non-recours aux droits », tous ces jeunes dans le besoin et, qui répondant pourtant aux critères requis, ne bénéficient pas d’aides sociales. Diverses études estiment que la moitié des bénéficiaires – voire plus – ne perçoivent pas le revenu d’intégration sociale du CPAS. Le plus souvent par pudeur, par crainte des réactions familiales ou par ignorance.

Ce qu’on connaît moins, par contre, c’est le non-recours à toutes les autres formes d’aides : bourses d’études, aide à la mobilité internationale, coup de pouce pour l’accès au logement, transports à prix réduit, chèque sport, accès internet à tarif social, aides alimentaires…

C’est bien simple, selon Valérie Glatigny, ministre MR de l’Enseignement supérieur, moins de 60 % des étudiants connaissent l’existence des allocations d’études pouvant être accordées par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cette méconnaissance a pu être constatée durant la crise sanitaire quand des étudiants ont été par milliers privés de leur job et ont crié à l’aide. Elle s’applique aussi aux aides mises en place par les autres niveaux de pouvoir.

Toutes les aides en un seul site

Raison pour laquelle Valérie Glatigny lance une campagne de communication pour ne plus laisser les jeunes dans l’ignorance : « De nombreux dispositifs, à tous les niveaux de pouvoir, existent pour soutenir les jeunes et leurs parents qui rencontrent des difficultés financières, mais ils ne sont pas toujours connus ni lisibles pour les étudiants et leurs parents. Il est important de rassembler un maximum d’informations afin de faciliter la recherche et, ensuite, la demande d’aides en matière d’allocations d’études, de logement ou encore de transport », souligne la ministre Glatigny au moment de lancer un site web spécifique (1) et une communication digitale multisupports via les plateformes utilisées par les jeunes et/ou leurs parents. Des contenus sponsorisés sont ainsi prévus sur les plateformes classiques telles que Facebook, Instagram, Snapchat et Youtube mais également sur Twitch et sur TikTok.

En ligne de mire, il y a évidemment l’ouverture de la saison des bourses d’études pour l’année 2022-2023. Le montant pouvant être octroyé à un étudiant dans l’enseignement supérieur varie entre 400 et 5.000 euros, pour un montant moyen de 1.172 euros. En outre, l’étudiant boursier bénéficie de la gratuité du droit d’inscription et du remboursement des supports de cours obligatoires. Pour cette année académique, le budget total alloué aux allocations d’études passera de 71 millions d’euros à 77,3 millions d’euros.

« La campagne véhiculera un message positif : être aidé pour financer ses études quand on en a besoin, c’est possible. La matière grise de nos étudiants est une des rares matières premières dont nous disposons en Fédération Wallonie-Bruxelles. Nous voulons permettre à chaque jeune d’exploiter son potentiel et le soutenir, quels que soient ses moyens, dans son parcours académique. C’est d’autant plus important quand on connaît l’importance d’un diplôme pour décrocher un emploi », ajoute Valérie Glatigny.

(1)  https ://aides-etudes.cfwb.be

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une