Accueil Société Enseignement

Taux de réussite du CEB au plus bas depuis 10 ans: comment l’expliquer? (infographie)

Les résultats de l’épreuve CEB viennent de tomber. 85 % des élèves l’ont réussi, contre 88 l’année dernière.

Chef du service Société Temps de lecture: 3 min

Tous les élèves concernés sont évidemment déjà individuellement au courant mais la Fédération Wallonie-Bruxelles vient de diffuser les résultats amalgamés de l’épreuve certificative externe de sixième primaire. Ils concernent donc exclusivement les jeunes qui obtiennent au moins 50 % des points à chacune des disciplines évaluées et obtiennent de facto leur Certificat d’étude de base (CEB), sésame pour l’accès à l’enseignement secondaire. D’autres élèves n’ayant pas réussi l’épreuve ont pu se voir octroyer le CEB par le jury d’école, ils ne sont pas compris dans ces chiffres ; pas plus d’ailleurs que ceux qui sont en procédure de recours.

Pas la bosse des maths

Sur les 52.173 élèves de 6e primaire qui ont présenté le CEB en juin 2022, 44.566 l’ont réussi, soit un taux de réussite de 85,42 %. Ce taux de réussite est marqué par une moyenne de 74,75 % en français, 71,35 % en mathématiques et 73,04 % en éveil (histoire-géographie et sciences). « La discipline la moins bien réussie est : mathématiques. La discipline la mieux réussie est le français. La moyenne de français a baissé de 3,39 % par rapport à 2021 », note le ministère de la Communauté française.

Baisse de 5 % sur les deux dernières épreuves

Reste « la » question ? En baisse ou en hausse par rapport à l’année dernière ? En baisse ! En 2021, 88,32 % des enfants avaient obtenu le précieux certificat, soit une baisse de 2.9 %, qui fait suite à une baisse de 2 % constatée en 2021 par rapport à 2019 (il n’y a pas eu de CEB en 2020). C’est d’ailleurs le taux de réussite le plus bas depuis 10 ans.

Une explication ?

Iris Vienne, directrice faisant fonction de la Direction des standards éducatifs et des évaluations se garde bien de tirer des conclusions hâtives : « Ces résultats viennent toute juste de tomber, nous n’avons pas de recul, il est peu tôt pour donner des explications. D’autant plus que certains jurys d’école n’ont pas encore rendu leurs décisions. » Pour autant, elle n’exclut l’influence de la pandémie sur la formation des élèves. Les candidats au CEB ont passé 2,5 années chahutées par les fermetures de classes, les absences de professeurs, les restrictions et stress en tous genres : « On ne peut pas », ajoute Iris Vienne, « s’empêcher de penser que la crise sanitaire constitue un début d’explication à cette situation. Mais ne nous trompons pas, les taux de réussite de cette année sont tout à fait satisfaisants, d’autant que les moyennes par matière varient mais ne présentent pas de chute vertigineuse ».

Autre hypothèse ?

Le niveau du CEB 2022 aurait-il possiblement influencé les résultats à la baisse ? Iris Vienne n’y croit pas : « Les épreuves sont basées sur les mêmes référentiels de compétence mais, évidemment, les questions changent d’une année à l’autre. Le groupe chargé de les élaborer doit veiller à standardiser le niveau. Rien ne permet de penser qu’une épreuve est plus facile ou plus difficile que les précédentes. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Vanloo , mardi 28 juin 2022, 20:38

    A cause du manque de goût pour l'effort généralisé à tous les niveaux scolaires et parentaux et cela depuis bien bien longtemps

  • Posté par Bouko Christian, mardi 28 juin 2022, 22:44

    Pourquoi voulez vous que les jeunes (et leurs parents ) "potassent" les maths et les langues quand il existe des calculatrices capables de résoudre presque tous les problème et des traducteurs en ligne de plus en plus sophistiqués .. et c'est avec ce genre de jeunes que nous sommes censés concurrencer la Chine et l'Inde dont la jeunesse est autrement "méritante" mais nos jeunes pourront se consoler dans le "métavers "qui leur donnera l'illusion qu'ils valent encore quelque chose !

  • Posté par Gheys Patrick, mardi 28 juin 2022, 20:06

    Accessoirement; le niveau de l'enseignement en Flandre est en chute libre. Les enseignants, les politiques s'accrochent à des matières ancestrales, totalement dépassées. Et donc, Wallonie ou Flandre : "Waar zit het probleem ?".

  • Posté par J.-M. Tameyre, mardi 28 juin 2022, 22:21

    C'est quoi pour vous, des "matières totalement dépassées" ? La géométrie d'Euclide ? La rhétorique de Tacite ou de Cicéron ? Par quoi préférez-vous les remplacer ? Facebook et Instagram ? Je pouffe ! L'algorithmique ? Savez-vous seulement que les premiers algorithmes ont été créés par les anciens grecs ? Alors votre discours...

  • Posté par Bruno Stephane, mardi 28 juin 2022, 19:35

    Tout commentaire s approchant de la vérité sera qualifié de .....

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Enseignement

Caroline Pauwels (VUB) est décédée

L’ancienne rectrice de la VUB Caroline Pauwels est décédée vendredi 5 août à l’âge de 58 ans. Elle souffrait depuis plusieurs années d’un cancer de l’estomac et de l’œsophage.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une