Accueil Belgique

Le visiteur reste au contact

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

La réserve chimacienne n’est pas qu’une nature mise en boîte. Contrairement à d’autres perles de biodiversité en Wallonie, où l’on protège ses trésors des intrus, Virelles a choisi de placer le visiteur au plus proche contact de la nature.

L’entrée est payante (sauf pour les Chimaciens). Le visiteur accède non seulement à la partie visitable de la réserve et à son centre d’accueil, l’Aquascope. Il peut cheminer sur des sentiers aménagés où s’enchaînent des panneaux explicatifs, alors que des miradors et observatoires permettent de plonger directement dans la partie naturelle du site. On surplombe le miroir d’eau, on passe même sous le niveau de l’étang pour voir évoluer brèmes, mollusques et moustiques aquatiques.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs