Accueil Opinions Cartes blanches

Parents d’élèves, revalorisez le néerlandais pour vos enfants!

Les cours de néerlandais en Wallonie sont encore trop souvent considérés par de nombreux parents et élèves comme « accessoires ».

Carte blanche - Temps de lecture: 5 min

Je suis enseignante de néerlandais à tous les degrés du secondaire, et ce depuis maintenant 8 ans. Et à l’occasion de la remise des résultats de CE1D, j’aimerais passer un coup de gueule.

Je ne vais pas parler de la pénurie de profs, ni du manque de respect parfois flagrant envers la profession. Je ne vais pas non plus parler du système de nominations souvent injuste envers les jeunes enseignant.e.s, ni de la formation pratique inadéquate et, parfois, quasiment inexistante. Je ne vais pas non plus parler des problèmes de discipline des élèves, du matériel insuffisant dans les locaux, des classes surpeuplées, du manque de personnel éducatif et psycho-social ou des parents qui exagèrent. Non, aujourd’hui, je veux m’exprimer sur un sujet en particulier : le manque de considération envers le cours de néerlandais, tant de la part des élèves que (et surtout) des parent.e.s.

Aujourd’hui, étant titulaire en 2e année, j’ai dû appeler plusieurs parents d’élèves en situation d’échec pour leur annoncer le passage en 2e supplémentaire de leur enfant. Pour parler clairement, ces élèves doublent, et vont donc passer un an de plus dans le premier degré. Suite à cette 2S, ils pourront soit passer en 3e générale grâce à la réussite de leur second CE1D, soit être réorientés vers des écoles qualifiantes ou professionnelles. Le but de ces appels est de préparer parents et élèves à la perspective du bulletin, et leur annoncer en douceur la perspective du redoublement.

J’ai eu de la chance, en n’ayant que 3 appels à passer. Et pourtant, deux appels sur trois m’ont laissée dans la bouche un goût de cendre. La raison de cette amertume tient directement dans la réaction des parents : « Quoi, mon enfant redouble alors qu’il/elle n’a raté que néerlandais ? ». Ce « que » est de trop, pour de très nombreuses raisons.

Pas important ?

La première, c’est le manque de considération face aux décisions du conseil de classe, mais je ne m’attarderai pas là-dessus car je pense qu’il est profondément humain de vouloir défendre les intérêts de son enfant. En revanche, insinuer que rater néerlandais ne serait pas important et par conséquent ne devrait pas bloquer le passage dans l’année supérieure est totalement contre-productif.

La première raison est liée à l’apprentissage même du néerlandais en secondaire général en Wallonie. Le néerlandais n’étant pas une option de tronc commun obligatoire, les parents font le choix éclairé d’envoyer leur précieuse progéniture dans des écoles avec une option néerlandais. Sous-entendre que le néerlandais n’est pas une matière valable relève donc d’un manque de logique total.

Mais en outre, cela montre surtout un problème sociétal par rapport à l’enseignement du néerlandais en Belgique : dans quel monde vit-on, si le fait d’apprendre une langue nationale dans le pays où on réside n’est qu’accessoire ? Dans l’entièreté de ma vie professionnelle (qui a débuté à 16 ans avec les jobs étudiants), parler néerlandais m’a été bien plus utile que le théorème de Pythagore ou le cycle de Krebs. Pourquoi donc entendre encore et toujours de la bouche de parents que rater néerlandais n’est pas important ?

Combien de jeunes adultes ne sont pas obligés de retourner sur les bancs d’école en cours du soir pour apprendre le néerlandais, après s’être heurtés à l’importance du néerlandais dans la plupart des domaines professionnels ? Combien n’ont pas soupiré, pleuré de perdre des soirées entre amis, en famille, des opportunités de jobs en or, tout ça parce qu’iels avaient négligé le néerlandais en secondaire ?

Mais à 12, 15, 16 ans, tout ça n’a pas d’importance. L’âge adulte, le monde du travail, ce ne sont que des concepts lointains, des soucis pour « plus tard ». Les adolescents ont d’autres projets, impliquant souvent des voyages, des émigrations ou des rêves de célébrité, pour lesquels le néerlandais n’est pas nécessaire. Leur faire comprendre que, pour l’immense majorité d’entre eux, le néerlandais sera essentiel n’est pas une mince affaire en tant qu’enseignante de néerlandais. Et cela devient mission impossible quand nous entendons les parents expliquer derrière que « quand même, rater néerlandais n’est “pas si grave”  ».

Appel aux parents

Au plus je travaille, au plus j’ai l’impression que le néerlandais serait une option sans importance, dont l’échec serait pratiquement un rite de passage obligatoire en secondaire. Dans ce cas de figure, comment s’étonner des taux d’échecs scandaleux dans cette matière, du manque de professeurs de langues et du manque de considération envers nous ?

Parents d’élèves, je vous le demande : revalorisez le néerlandais pour vos enfants. Quels que soient vos opinions personnelles au niveau politique, que vous détestiez au non les Flamands, que vous trouviez que le néerlandais est une langue moche et difficile, que vous en ayez eu besoin ou non… réalisez que la plupart de vos enfants auront, à un moment ou un autre de leur vie, besoin du néerlandais. Et qu’après les secondaires, la possibilité de l’apprendre au quotidien sera passée (et non, les applications de traduction en direct ne sont pas au point). Et si vraiment vous estimez que le néerlandais n’est pas important, n’inscrivez pas vos enfants dans des écoles où le néerlandais est obligatoire, il y en a bien assez en Wallonie (trop). Mais n’entretenez pas ce double standard qui pousse les élèves à l’échec et les profs de néerlandais au désespoir quotidien.

 

À lire aussi La chronique de Carta Academica: «Retour vers le futur», en didactique du néerlandais À lire aussi Le néerlandais devrait-il être obligatoire à l’école? Le débat divise les partis francophones

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par eric biltiau, vendredi 1 juillet 2022, 17:31

    C'est quoi cette nouvelle absurdité linguistique de vouloir à chaque fois "genrer" même avec un substantif...???

  • Posté par J.-M. Tameyre, vendredi 1 juillet 2022, 12:13

    On écrit "PARENT.E.S" maintenant ? Parents est un substantif pluriel qui désigne collectivement les mères et les pères : il n'a pas de féminin, n'en déplaise aux irréductibles de l'écriture inclusive. Le féminin pluriel utilisé ici est un adjectif, et adjoint à "parents" son emploi est donc fautif. Mais diable, apprenez d'abord à écrire le français correctement avant d'enseigner le néerlandais !!!!

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La santé au cœur de la reconstruction du commun

Le 12 août dernier, en adoptant son plan « climat et santé » le Congrès américain a non seulement marqué un tournant dans la politique des États-Unis, mais il a surtout montré la direction vers laquelle nos sociétés doivent s’engager. Enfin, nous prenons conscience que c’est la santé qui doit gouverner le monde.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une