Accueil Économie Entreprises

Open Pharma: le registre des transferts financiers sera bientôt plus transparent

En avril, une enquête collaborative menée par quatre médias (dont Le Soir) pointait une série de dysfonctionnements dans la plateforme betransparent, censée faire la lumière sur les paiements de « Big Pharma » vers les médecins et hôpitaux. Aujourd’hui, l’industrie promet des « améliorations substantielles » de cet outil.

Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

En avril dernier, Le Soir publiait -en collaboration avec Knack, De Tijd et Médor- un vaste dossier sur les liens financiers entre l’industrie pharmaceutique et les professionnels de la santé. Baptisée Open Pharma, cette enquête collaborative a permis d’identifier plus de 875 millions d’euros de dépenses payées par l’industrie au profit de médecins, universités, associations de patients ou hôpitaux basés en Belgique, entre 2017 et 2020. Mais le dossier pointait surtout les multiples dysfonctionnements de la plateforme de transparence – nommée betransparent – où ces transferts sont censés être rendus publics. Système de recherche peu convivial, erreurs d’encodage par milliers, « oublis » de déclaration, absence de contrôle… : autant de failles qui finissent par semer le doute sur la fiabilité de la base de données.

Betransparent vient d’actualiser ce registre avec les paiements de l’année 2021, soit 255 millions de transferts de l’industrie vers les professionnels et organisations de la santé. Mais pas de changement dans la plateforme… Enfin, pas pour l’instant. Car Mdeon – le gestionnaire de cet outil – se dit prêt à l’améliorer. « Récemment, la presse a soulevé un certain nombre de choses qui pourraient être améliorées. En tant que gestionnaire de la plateforme de transparence, Mdeon est bien entendu ouvert à une transparence et une accessibilité toujours meilleures des données publiées. Les membres de la plate-forme s’engagent à examiner dans quelle mesure des modifications et des améliorations peuvent être apportées », écrit l’ASBL dans un communiqué. À court terme, il est notamment question d’améliorer « la convivialité du moteur de recherche (par exemple, rendre possible les recherches transversales, pouvoir passer facilement d’une année civile à l’autre dans un résultat de recherche, pouvoir télécharger les résultats de recherche dans des fichiers Excel). Une feuille de route concrète, comprenant une étude de faisabilité technique, est en cours d’élaboration afin de déterminer comment et quand ces améliorations pourraient être mises en œuvre ».

Et sur les problèmes plus structurels du registre, la réflexion est également lancée. « À plus long terme, il s’agira d’examiner dans quelle mesure des améliorations substantielles peuvent également être apportées afin d’atteindre une transparence encore plus grande. Cela nécessitera une collaboration étroite avec l’AFMPS et le cabinet du ministre des Affaires sociales et de la Santé ; des discussions à cet effet sont en cours de préparation en interne », écrit pharma.be, la coupole qui regroupe les grands acteurs de l’industrie pharmaceutique. « Il ne fait aucun doute que le processus peut encore être amélioré et que la transparence peut être renforcée. Ensemble avec l’AFMPS, je vais en discuter avec la Plateforme et les secteurs qui en font partie », acquiesce le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière