Accueil Opinions Éditos

Opposer au précipice la force du moment présent

Le pire n’est jamais garanti tant que les combats se poursuivent. Il faut donc prendre des forces au cours des semaines qui viennent.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Fin d’année scolaire, boulot en pause : c’est pour beaucoup le départ en vacances ou à tout le moins le break, le repos. Mais cet arrêt se fait avec la tête lourde comme si une sourde inquiétude nous entravait. Et pour cause les mois écoulés, avec cette guerre dont nous restons toujours stupéfaits qui a suivi cette pandémie qui nous a assommés, nous laissent au bord du précipice. L’actualité du monde ne nous a pas épargnés alors que la barbarie et la folie de certains hommes transformaient des proches en chair à canon, en réfugiés fuyant leur maison, en résistants.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Silvia Bottaro, dimanche 3 juillet 2022, 23:20

    Et l'écologie dans cette liste ??

  • Posté par Z Pour Zorglub , dimanche 3 juillet 2022, 21:35

    Depuis 4 mois dans vos pages, la bêtise côtoie l’aveuglement. Heureusement les faits donnent raison à la vérité et contredisent toutes vos positions. Vous avez été aveuglement pro atlantiste, véhicule des contre vérités, deforme des faits, occultes d’autres, mis en avant les horreurs des uns sans parler des atrocités des autres Pour reprendre votre Vade-mecum, espérons que l’été permettra une avancée rapide et définitive de l’armée russe jusqu’aux limites territoriales fixées par VP c’est à dire le Dombass complet et pas plus loin, que les hommes s’asseyent à la table des négociations, fassent les concessions qui s’imposent, qu’aucune puissance étrangère maléfique ne vienne empêcher cette médiation et que la guerre s’arrête. Je souhaite que votre journal ne nous parle que des problèmes de la Vivaldi, de la circulation à Bruxelles et de tous les autres problèmes quotidiens et que la Paix vienne enfin.

  • Posté par Chalet Alain, dimanche 3 juillet 2022, 10:28

    L'extrême droite n'est qu'une réaction (excessive) au progressisme (excessif) qui est actuellement à la mode. Refuser tout changement est une erreur. Mais croire que n'importe quel changement est forcément un progrès est une erreur tout aussi grave.

  • Posté par Bastin Eric, dimanche 3 juillet 2022, 11:22

    Si vous visez le wokisme, la cancel culture et l'islamo-gauchisme, la réaction à ces excès commence dès la gauche traditionnelle, heureusement, même si celle-ci se rétrécit de plus en plus face à la montée de l'extrême-gauche. En matière de moeurs, les partis de droite sont tous fracturés. Marine Le Pen est libérale sur ces sujets, qui a refusé, notamment, de prendre part aux mouvements qui s'opposaient au mariage homosexuel. Il me semble que le vote RN ou Zemmour est surtout une réaction à l'absence de prise en compte sérieuse des problèmes liés à l'immigration et à l'insécurité. Mais ce que certains appellent l'extrême-droite n'a plus le monopole de ces sujets, largement repris par les Républicains, Valérie Pécresse incluse (un peu contre son gré, mais elle a bien dû tenir compte des votes Ciotti). En fait, le vrai danger, me semble-t-il, et on le retrouve tant au RN qu'à l'extrême gauche (LFI, PTB), c'est le populisme, qui se marque notamment par l'attitude face à la pandémie et aux mesures prises par nos gouvernements, le complotisme (Mélenchon mettant en doute les résultats électoraux, par exemple), le poutinisme, par anti-américanisme primaire, et le rejet de l'Europe. Sur tous ces sujets, les extrêmes se rejoignent, et il n'y a donc aucune raison de considérer que l'extrême-gauche serait respectable, "républicaine", tandis que le RN mériterait toujours l'opprobre qui frappait naguère le Front national, alors que son programme économique penche nettement à gauche, et que son attitude est, ces dernières semaines, plus respectueuse des institutions et du chef de l'Etat que celle de Mélenchon, tribun aux accents par moments insurrectionnels.

  • Posté par D L, dimanche 3 juillet 2022, 9:20

    D'accord les temps sont difficiles, mais plutôt que les plaindre les journalistes devraient fustiger les glandeurs, les migrants économiques et toute cette faune gauchistes nihilistes qui pèsent sur nous belges nouveaux ou non qui travaillont dur et sommes ponctionnés injustement. La situation est difficile et il faudra réapprendre tous à se serrer la ceinture, ce qui ne réussira que si l'on revoit le cas des profiteurs cités plus hauts plutôt que de se retourner sur les courageux qui réussissent bien par leur mérite.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs