Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: les menaces de la Biélorussie

La Biélorussie a affirmé avoir abattu des missiles tirés depuis l’Ukraine et menace de riposter à l’avenir.

Temps de lecture: 3 min

De violents combats ont fait rage samedi à Lyssytchansk, grande ville de l’est de l’Ukraine, au cœur de la bataille pour le contrôle du Donbass, tandis que la Biélorussie a affirmé avoir abattu des missiles tirés depuis l’Ukraine et menace de riposter à l’avenir.

Dans le Donbass, région industrielle de l’est de l’Ukraine, largement russophone, en partie contrôlée par les séparatistes prorusses depuis 2014 et dont Moscou vise la conquête, les informations en provenance de Lyssytchansk étaient contradictoires. « Les combats font rage (…) Heureusement, la ville n’est pas encerclée et est sous contrôle de l’armée ukrainienne », a assuré dans la journée à la télévision Rouslan Mouzytchouk, porte-parole de la Garde nationale de l’Ukraine.

Les séparatistes soutenus par Moscou, citée par l’agence de presse TASS, ont auparavant affirmé que la ville était « totalement encerclée ».

Lyssytchansk est la dernière grande ville à ne pas être aux mains des Russes dans la région de Lougansk, l’une des deux provinces du Donbass et « épicentre des combats », selon les mots samedi soir du président ukrainien Volodymyr Zelensky. La prise de Lyssytchansk permettrait à l’armée russe d’avancer vers Sloviansk, à une soixantaine de kilomètres à l’ouest, déjà sous le feu de l’artillerie russe, et Kramatorsk, autre grande ville du Donbass dont les habitants supportent le bruit quotidien des bombardements et des sirènes d’alerte.

Samedi matin, l’état-major général ukrainien avait affirmé avoir repoussé une offensive des Russes à quelques kilomètres à l’ouest de Lyssytchansk, alors que la veille, Volodymyr Zelensky reconnaissait que la situation demeurait « extrêmement difficile » sur place pour les forces ukrainiennes.

Minsk menace

En Biélorussie, le président Alexandre Loukachenko a affirmé qu’« il y a environ trois jours, peut-être plus, on a essayé depuis l’Ukraine de frapper des cibles militaires au Biélorussie ». « Dieu soit loué, nos systèmes anti-aériens Pantsir ont intercepté tous les missiles tirés par les forces ukrainiennes », a-t-il ajouté, alimentant les spéculations d’une implication croissante de cet allié de Moscou dans le conflit avec l’Ukraine.

Depuis l’attaque du Kremlin contre l’Ukraine, le 24 février, la Biélorussie a servi de base arrière aux forces russes.

« On nous provoque », a-t-il lancé, menaçant de riposter « instantanément » à toute frappe ennemie contre le territoire du Biélorussie », un message

visiblement destiné à Kiev et aux Occidentaux. « Il y a moins d’un mois j’ai donné l’ordre à nos forces armées d’avoir dans le viseur, comme on dit maintenant, les centres de décisions dans vos capitales «, a-t-il affirmé, évoquant les missiles promis par M. Poutine, ainsi que le système de lance-roquettes Biélorussiese Polonez.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par deghelt Rudi, dimanche 3 juillet 2022, 17:59

    Apparemment, ils sont mieux armés que les Russes mdrrr

Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une